manifestation en soutien à Yvan Colonna à la prison d'Arles à Ajaccio
manifestation en soutien à Yvan Colonna à la prison d'Arles à Ajaccio ©AFP - PASCAL POCHARD-CASABIANCA
manifestation en soutien à Yvan Colonna à la prison d'Arles à Ajaccio ©AFP - PASCAL POCHARD-CASABIANCA
manifestation en soutien à Yvan Colonna à la prison d'Arles à Ajaccio ©AFP - PASCAL POCHARD-CASABIANCA
Publicité

Ce matin, les Enjeux territoriaux prennent la direction de la Corse : depuis une semaine, des manifestations éclatent un peu partout sur l’île, suite à l’agression en prison d’Yvan Colonna actuellement entre la vie et la mort.

Avec André Fazi, politologue, maître de conférences en science politique à l’Université de Corse.

Le militant nationaliste Yvan Colonna condamné pour le meurtre du préfet Claude Erignac en 1998 est dans le coma : il a été agressé et laissé pour mort par son codétenu emprisonné pour terrorisme. Les nationalistes Corses accusent l'Etat  de porter une lourde responsabilité dans cette agression. L'île s'embrase, mercredi soir (9 mars) des heurts ont éclaté entre la police et des manifestations étudiantes ; dimanche soir à Corte des milliers de manifestants étaient réunis. "Cette jeunesse est touchée par six ans d'échec, de frustration et d'incapacité à amener le gouvernement à négocier véritablement autour des revendications portées par les nationalistes, aujourd'hui au pouvoir et fort d'une légitimité démocratique inédite en Europe" explique André Fazi.

Publicité

L'un des gros enjeux est la question des détenus corses. Les complices du meurtres sont emprisonnés depuis 23 ans et depuis 4 ans, ils pourraient prétendre à des aménagements de leurs peines. Ce jeudi 10 mars, la cour d'appel doit rendre sa décision concernant le transfert d'Alain Ferrandi dans la prison de Borgo et l'accord du régime de semi-liberté

Un apaisement difficile

Alors qu'un nouveau préfet est arrivé sur l'île prônant l'apaisement, la décision tardive mercredi soir de choisir de lever enfin de lever le statut de détenu particulièrement signalé (DPS) d'Yvan Colonna, a remis le feu aux poudres, "cette décision est franchement apparue indigne : soit inhumaine, soit très stupide, soit très cynique" relève André Fazi.

L'équipe

Baptiste Muckensturm
Baptiste Muckensturm
Mydia Portis-Guérin
Réalisation
Lucas Lazo
Collaboration
Elisa Verbeke
Collaboration
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Production déléguée