À Béziers (RN), une affiche d'Eric Zemmour abordée lors de la présentation de son dernier livre, samedi 16 octobre ©AFP - Christophe SIMON
À Béziers (RN), une affiche d'Eric Zemmour abordée lors de la présentation de son dernier livre, samedi 16 octobre ©AFP - Christophe SIMON
À Béziers (RN), une affiche d'Eric Zemmour abordée lors de la présentation de son dernier livre, samedi 16 octobre ©AFP - Christophe SIMON
Publicité
Résumé

Eric Zemmour était en opération séduction ce week-end auprès des représentants du Rassemblement national et de ses partisans. Quel potentiel électoral pour le polémiste dans les anciennes terres frontistes ?

avec :

Emmanuel Négrier (Directeur de recherche CNRS en science politique au CEPEL (Centre d’Etudes Politiques de l’Europe latine) à l’Université de Montpellier).

En savoir plus

Avec Robert Ménard et Gilbert Collard, Eric Zemmour a rencontré deux figures centrales de l'extrême-droite en France méridionale ce weekend. Le prétendant officieux à la présidentielle peut-il remplacer le Rassemblement national dans ses anciens bastions du Languedoc-Roussillon, du Gard et de l'Héraut ?

Quelles sujets font l'inquiétude des électeurs dans le sud de la France ? Nous en parlons avec Emmanuel Négrier, politiste, directeur de recherches au CNRS et chercheur au CEPEL de Montpellier.

Publicité

Spécificité méridionale

L'électorat du RN sur le territoire littoral méditerranéen de la France est différent de celui dans les Hauts-de-France, plus jeune et issu de terres de gauche : 

Il est plus âgé, avec un niveau éducatif plus élevé, ce qui le porte à être considéré comme votant plus à droite que dans le Nord.

Marine Le Pen a toujours eu du mal à capter le vote des classes moyennes âgées, qui se trouve au carrefour entre le vote de droite incarné par les Républicains et le vote d'extrême-droite. Ce que Robert Ménard a entrepris à Béziers et que Louis Alliot a entrepris à Perpignan, c'est effectivement cet alliage de la droite avec l'extrême-droite très difficile à produire ailleurs. Emmanuel Négrier

Un vivier assez restreint pour les parrainages que convoite Eric Zemmour afin d'être admis à la présidentielle : 

Si on les considère sur le plan municipal, on est là dans un appareil très proche encore du Rassemblement national. Ça ne fait pas beaucoup d'élus. Simplement, leur écho est toujours un peu fantasmé, très au-delà. Ainsi, Robert Ménard, à l'occasion des élections municipales, avait prophétisé l'extension de son de son image de conquérant de Béziers à des villes comme Sète ou Frontignan et il avait magistralement échoué. Emmanuel Négrier

Une droite brouillon dans le Midi 

La droite montre des faiblesses à l'égard de l'extrême-droite depuis bien longtemps. Ce n'est pas un phénomène totalement nouveau, qui est du à une faible identité idéologique de cette droite. C'est une droite qui n'est pas franchement gaulliste, qui n'est pas davantage chrétienne-sociale ou chrétienne-démocrate comme on peut le voir en Bretagne ou dans l'Est. Et c'est une droite qui, par rapport au RN a une très grande difficulté de positionnement.

Quand on assiste à ses shows, on assiste à Zemmour comme en chapelle ardente à souffler sur des braises de nostalgie anciennes, comme sur la vieille question algérienne ou sur cette idée fantasmée d'un niveau d'immigration qui confine au remplacement alors qu'on le sait, sur le plan statistique, la France est plutôt en-dessous de la moyenne européenne en matière d'immigration. 

En dehors de cette nostalgie de petits groupes ou de chapelles, que peut incarner Eric Zemmour politiquement? À la question des marges de progression, il faut rappeler les échecs cinglants des stratégies des épisodes passés qui sont relativement récents autour de Robert Ménard. Impossible de fédérer droite et extrême-droite dans une stratégie politique et territoriale, impossibilité de convoquer à la fois les grands leaders idéologiques de la droite et de l'extrême droite autour d'une autre idée de la droite… Emmanuel Négrier

Références

L'équipe

Lucas Lazo
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Max Schneider
Collaboration