Assemblée Nationale française en 2018
Assemblée Nationale française en 2018
Assemblée Nationale française en 2018 ©Getty - Thierry Le Fouille
Assemblée Nationale française en 2018 ©Getty - Thierry Le Fouille
Assemblée Nationale française en 2018 ©Getty - Thierry Le Fouille
Publicité
Résumé

Les élections législatives ont lieu dans moins d'un mois. À cette occasion, nous cherchons à comprendre comment les territoires sont politiquement représentés, comment sont découpées nos circonscriptions et à quelle réalité géographique et institutionnelle correspond ce découpage.

avec :

Thomas Ehrhard (Maître de conférences en science politique à l'Université Panthéon-Assas, chargé de séminaire à l’École polytechnique).

En savoir plus

Le découpage électoral est la manière dont on va construire la carte électorale qui est la division du territoire en  circonscriptions dans lesquelles les citoyens vont voter. Cela se fait en plusieurs phases, d'abord une répartition des sièges par département : chaque département obtient un nombre de circonscriptions qui correspond à sa population. Proportionnellement, les départements les plus peuplés ont donc plus de circonscriptions. Un député est voté pour 125 000 habitants, excepté pour les deux départements qui ont moins de 125 000 habitants, la Lozère et la Creuse. Puis, chaque département va être divisé en autant de circonscriptions qu'il a retenu et qu'il a reçu de sièges.

Redécoupage de la carte

Critiques

Publicité

Depuis 1958 et le début de la cinquième République, il n'y a eu que deux découpages électoraux en 1986 et en 2010. "On explique la rareté du découpage électoral par la complexité de la mise-en-oeuvre du processus" explique Thomas Ehrard, "c'est un processus qui est très long, le dernier découpage a duré plus d'un an et demi." Le dernier découpage a surtout soumis le gouvernement à d'importantes critiques, qu'elles proviennent de l'opposition mais aussi " de parlementaires de son propre camp qui se sentent menacés dans leur circonscription. "

Alors en 2010, "le découpeur de l'époque, qui était Alain Marleix, avait choisi de découper à minima en faisant le moins de découpes pour avoir le moins d'opposition possible."

Pourtant, Thomas Ehrard est formel : "le découpage électoral est une des mesures les plus fondamentales de la démocratie puisque c'est à travers ce découpage que l'on permet l'égalité du suffrage ou le fait que le vote de chacun compte. Il faut mettre à jour cette carte électorale."

"Charcutage électoral"

Quand on parle du découpage électoral, beaucoup pensent à ce mythe du "charcutage" : une façon de découper pour avantager un parti ou un candidat. Mais pour Thomas Ehrard, en France "c'est largement un mythe : on ne va pas trouver de conséquences directes du découpage électoral qui avantagerait de manière indue et systématique le parti qui l'a réalisé." Il ajoute que c'est une pratique répandue aux Etats-Unis.

Références

L'équipe

Lucas Lazo
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Elisa Verbeke
Collaboration