Pommes issues de l'agriculture bio.
Pommes issues de l'agriculture bio.
Pommes issues de l'agriculture bio. ©AFP - AFP
Pommes issues de l'agriculture bio. ©AFP - AFP
Pommes issues de l'agriculture bio. ©AFP - AFP
Publicité
Résumé

Selon l’Agence bio, 2300 exploitations auraient abandonné l’agriculture bio en 2021. Parallèlement, les ventes de produits bio ont baissé de 3% en un an. Après des années de croissance, observe-t-on un repli de la filière biologique en France ?

En savoir plus

Avec Frédéric Nicolas, sociologue, Ingénieur de recherche rattaché au Dysolab (Laboratoire des dynamiques sociales) à Rouen et au CESAER à Dijon (Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux)

Les Français adhèrent majoritairement à l’idée d’une consommation raisonnée et la filière biologique a connu ces dernières décennies une rapide progression. Pendant que la nouvelle Politique Agricole Commune se dessine pour 2023, on observe un ralentissement de la croissance de l'agriculture bio. A commencer par la filière du lait, "des acteurs comme comme Lactalis ou Sodiaal ont participé au mouvement de décélération des conversions vers l'agriculture bio. Ces firmes se retrouvent à fixer des prix qui ne sont pas ceux qu'espéraient les agriculteurs bios. Le lait est en quelque sorte déclassé pour aller dans le circuit conventionnel" raconte Frédéric Nicolas.

Publicité

De fait, se lancer dans l'agriculture bio représente un coût financier et symbolique "quand les agriculteurs se convertissent ce n'est pas seulement leur système technique, mais ils doivent aussi convaincre leur entourage" explique le sociologue.

Une baisse à nuancer

Malgré tout, 7500 exploitants se sont convertis à l'agriculture biologique. Frédéric Nicolas ajoute, "parmi les convertis, il y a effectivement des agriculteurs qui sortent de l'agriculture biologique pour aller vers l'agriculture conventionnelle, mais ce chiffre compte aussi les départs à la retraite des agriculteurs biologiques qui n'ont pas de repreneur pour leurs exploitations."

Toutefois, pour les produits bios de consommation quotidienne comme le lait, les oeufs, la farine,... les ventes baissent. Pour Frédéric Nicolas, "ils seraient trop chers pour des ménages français et européens qui consacrent de moins en moins de leur budget aux produits alimentaires."

Aides publiques

Deux types de soutiens permettent aux agriculteurs bio de bénéficier d'un support de l'Etat : l'aide au maintien pour rémunérer les services environnementaux procurés par l'agriculture biologique et l'aide à la conversion pour épauler les débutants du bio. Deux aides qui ont souvent été remises en question en 2015, 2018 ou 2021.

Pour Fréderic Nicolas, "ce système d'éco-régime mis en place dans la nouvelle Politique Agricole Commune a fait bénéficier de ces subventions des exploitations dont l'effort environnemental peut être considéré comme insuffisant au regard de celui des exploitations bio."

Références

L'équipe

Lucas Lazo
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Elisa Verbeke
Collaboration
Sarah Masson
Collaboration