La gare d'Hennebont, dans le Morbihan
La gare d'Hennebont, dans le Morbihan
La gare d'Hennebont, dans le Morbihan - Association "Départ imminent pour l'Hôtel de la Gare"
La gare d'Hennebont, dans le Morbihan - Association "Départ imminent pour l'Hôtel de la Gare"
La gare d'Hennebont, dans le Morbihan - Association "Départ imminent pour l'Hôtel de la Gare"
Publicité
Résumé

À Hennebont dans le Morbihan, non loin de Lorient, une association travaille à la réouverture de l'hôtel de la gare, alors que la SNCF avait quitté les lieux. Avec une finalisation prévue en 2022, que nous apprend ce projet sur le potentiel d'initiatives citoyennes de valorisation du patrimoine ?

En savoir plus

Depuis 2018, l'association "Départ imminent pour l'hôtel de la gare" construit son projet de réhabilitation de l'hôtel de la gare à Hennebont, dans le Morbihan. Comment fonctionne ce projet porté par la société civile ? Comment s'intègre cette rénovation dans les projets des pouvoirs publics pour réhabiliter les gares de proximité ? 

Nous en parlons avec Ludovic Devernay, architecte. Président de l'association "Départ imminent", il a racheté avec son épouse l'hôtel de la gare en 2015.  

Publicité

La bande son : Yves Montand - La bicyclette

La gare d'Hennebont change d'exploitant

À Hennebont, la gare n'a jamais fermé, mais l'année prochaine, la gare et son hôtel, juste en face, doivent constituer ensemble un tiers lieu grâce à l'association "Départ imminent". Alors que d'abord, le projet associatif ne prévoyait que l'aménagement d'une partie des lieux, la SNCF leur a proposé d'investir la gare dans le cadre de l'appel à projets "1001 gares" : 

Nous avons répondu en tant qu'association à l'appel à projets dédié aux espaces désaffectés qu'est 1001 gares pour la réutilisation de l'étage de cette gare qui était l'ancien logement du chef de gare, pour y installer un certain nombre d'activités. Voyant que notre association était très mobilisée sur la revitalisation du quartier, la SNCF est venue nous trouver en nous proposant d'étudier la possibilité de prendre leur suite sur l'activité d'accueil des voyageurs à la gare. Ludovic Devernay

Pour comprendre les besoins des voyageurs, Ludovic Devernay et son équipe ont adopté la méthode de Georges Perec consistant à étudier le fonctionnement d'un lieu pour 24 heures : 

L'année dernière, il y avait encore un agent, mail il arrivait à neuf heures et quart, quelques minutes après le dernier train du matin. Tous les voyageurs étaient déjà partis lorsque la SNCF ouvrait son guichet.  

Alors que l'association ne sera pas en charge de manœuvres ou autres tâches techniques, elle va assurer l'accueil des voyageurs dans le bâtiment de la gare :

Ce que l'on va faire, c'est accueillir les voyageurs en répondant aux besoins que nous observons pour expérimenter, par exemple, une gare qui ouvre à 6 heures du matin et qui ferme ensuite à 9 heures. Et puis, on va aussi inventer d'autres usages, comme par exemple l'accueil et la location de vélos à assistance électrique notamment. Ce sera un lieu aussi que les voyageurs pourront s'approprier plus facilement, de sorte qu'ils se sentent chez eux, avec des petits détails anodins et pourtant si essentiels pour aller prendre le train le matin, comme des toilettes publiques propres et gratuites. Ludovic Devernay

Mobilités douces et vie de quartier

D'une mobilité de longue distance, la gare Hennebont s'est reconvertie dans les TER et la mobilité de travail. Avec l'association "Départ imminent", la gare doit aussi sensibiliser aux mobilités douces :

Aujourd'hui, la gare est un peu invisible auprès des gens qui passent tous les jours dans les bouchons dans leur voiture, et on va s'adresser à eux. Il y a tout un travail de repérage aussi : qui sont des personnes qui sont les plus susceptibles de gagner beaucoup de temps et de voyager tout aussi confortablement en train qu'en voiture, pour ensuite leur proposer un service d'accompagnement pour tester le train à la place de leur voiture. Ludovic Devernay

Le but de l'association, c'est aussi de revitaliser le centre-ville du bourg : 

Comme la plupart des quartiers de gare, on y trouve d'anciennes activités qui ont disparu au profit de la périurbanisation. Petit à petit, d'autres activités se sont installées. Il y a du logement avec des populations extrêmement différentes. C'est ce qui fait la richesse du lieu qui, finalement, est plus vivant le jour que le soir. On est à l'inverse d'un quartier dortoir, et c'est aussi ce qui a motivé tous les membres de l'association sur ce projet, puisqu'on voit bien qu'il y a quelque chose à faire dans la journée pour tous ces gens qui travaillent sur place. Ludovic Devernay

Références

L'équipe

Lucas Lazo
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Max Schneider
Collaboration