Centre historique de Bourges, Cher, France.
Centre historique de Bourges, Cher, France.
Centre historique de Bourges, Cher, France. ©Getty - Tuul et Bruno Morandi
Centre historique de Bourges, Cher, France. ©Getty - Tuul et Bruno Morandi
Centre historique de Bourges, Cher, France. ©Getty - Tuul et Bruno Morandi
Publicité
Résumé

Dans le cadre d’une journée spéciale consacrée à l’hôpital public sur France Culture, Les Enjeux prennent la direction de Bourges, la capitale berrichonne, pour raconter la crise sanitaire avec la rédaction du Berry Républicain, le journal régional.

En savoir plus

Avec Marion Lapeyre, journaliste au Berry Républicain.

Durant ces deux dernières années de crise sanitaire, les journalistes du Berry ont partagé dans leurs pages le quotidien du personnel du centre hospitalier Jacques Cœur et de tout un département rural en perte de démographie médicale. En terme de soins, la couverture du territoire est très problématique. Aussi bien en zone rurale, qu’à Bourges où le manque d’urgentistes est particulièrement alarmant.

Publicité

Désertification médicale

L'hôpital de Bourges peine à recruter des urgentistes. À cela, s'ajoutent des tensions entre les deux SMUR de la ville, ce qui rend le service compliqué à assurer. "Si il y a un gros soucis, une personne en danger, elle peut potentiellement ne pas être sauvée. Justement parce que l'hôpital est très en peine pour recruter des médecins urgentistes." appuie Marion Lapeyre.

Avec la crise sanitaire, les hôpitaux berrichons se sont donnés du mal pour pouvoir prendre en charge tous les patients en réanimation. Ces derniers ont dû être transférés vers deux autres départements. La journaliste ajoute "comme on a une population qui est très vieillissante, la première vague était très dure. Il y a beaucoup de personnes âgées. Les hôpitaux étaient saturés, c'est à ce moment-là que l'on a eu besoin d’effectuer des transferts."

Des mesures mises en place par les collectivités locales

Les localités sont mobilisées pour améliorer la situation sanitaire dans le Cher. Les collectivités n'hésitent pas à investir par exemple dans le loyer d'un médecin qui voudrait s'installer ou dans l'ouverture de maisons de santé pluri professionnelles. "Les médecins ne veulent plus être dans un cabinet seuls, isolés et parcourir la campagne, mais plutôt être regroupés au sein d'une maison de santé" affirme Marion Lapeyre.

Les EHPAD se sont aussi organisés pour lutter contre la crise en créant des unités Covid, aux mains d'un personnel qui a su s'adapter rapidement. "On a senti qu'il y avait eu de la part de tous un effort de guerre. À ce moment-là, c'était le terme que tout le monde employait. On était tous dans le même bateau." finit la journaliste.

Références

L'équipe

Lucas Lazo
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée