Ouessant, Sein, Bréhat, Belle-île… des îles trop aimées

Le phare des Poulains à Belle-Île-en-Mer en mai 2021
Le phare des Poulains à Belle-Île-en-Mer en mai 2021 ©AFP - Loic Venance
Le phare des Poulains à Belle-Île-en-Mer en mai 2021 ©AFP - Loic Venance
Le phare des Poulains à Belle-Île-en-Mer en mai 2021 ©AFP - Loic Venance
Publicité

Les petites îles de Manche et d'Atlantique bénéficient depuis le 6 décembre d'un statut spécifique dans la mise en œuvre des politiques publiques. Comment l'économie de ces territoires s'adapte-t-elle à leur attractivité nouvelle auprès des citadins ?

Avec
  • Louis Brigand Géographe, professeur à l'Université de Bretagne occidentale

Les îles au large des côtes bretonnes varient en termes d'insularité et de superficie, mais certaines sont d'une grande attractivité pour les métropolitains à la recherche d'un lieu de repli. Comment vit-on sur une île bretonne ? Quel rôle jouent leurs statuts administratifs dans leur développement économique ?

Nous en parlons avec Louis Brigand, géographe, professeur à l'Université de Bretagne occidentale.

Publicité

Des îles diverses

Au large du Morbihan, du Finistère et des Côtes d'Armor, des îles très différentes sont parsemées le long du littoral. Pour les distinguer, Louis Brigand note deux critères essentiels :

La superficie de l'île et la distance au continent différencient les îles de la façade atlantique et de la Manche métropolitaine. On trouvera de petites îles proches du continent comme l'île de Batz, l'île aux Moines. D'autres petites îles sont éloignées du continent, à l'image de l'île d'Houat, Sein, Molène. Et puis vous avez les grandes îles comme Ouessant, l'île d'Yeu ou Belle-Île, Groix, qui sont de grandes îles éloignées du continent. Selon ces deux caractéristiques d'éloignement par rapport au continent et la superficie, on a des réalités géographiques extrêmement différentes.

De toutes les îles susmentionnées, Sein est peut-être la plus petite et isolée :

L'île de Sein, c'est un concentré d'insularité. C'est l'une des moins peuplées, avec 250 habitants recensés. Elle est aussi très exposée aux éléments marins. Il faut passer le fameux Raz de Sein, et lorsque c'est difficile, on a l'impression d'être dans une machine à laver. En termes de liaisons maritimes, il y en a une qui part le matin à 9 heures et demie d'Audierne et repart de l'île de Sein à 16h, bien qu'il y en ait plus l'été.

Assurer des services publics

D'autres îles sont beaucoup moins isolées : à Ouessant, on pourra prendre l'avion quotidien, tandis que l'île aux Moines compte 20 liaisons par jour. Les liaisons constituent souvent un point d'achoppement : en 2014, la compagnie Océane avait augmenté les prix des liaisons de 40 % en semaine, 70 % le week-end. La loi de décentralisation 3DS, qui doit être entérinée début 2022, devrait permettre aux différentes îles d'adapter les services publics à leurs particularismes :

La loi va permettre dans différents domaines d'adapter les lois à venir. Les députés pourront les adapter aux caractéristiques des îles, bien qu'on ne sache pas encore précisément sur quoi elle va porter. Les députés représentant les îles seront à la veille, et sur le transport et l'urbanisme, on pourra prendre en compte les spécificités insulaires.

L'association des îles du Ponant regroupant les 15 îles situées au large du littoral breton permet déjà de plaider collectivement les dossiers d'équipements collectifs et d'infrastructures portuaires.

La création de l'AIP il y a 50 ans a été une avancée étonnante. C'est cette association qui est à l'origine de l'amendement sur les îles. Le collège des îles du Ponant illustre l'adaptation de services à l'insularité : ici, des enseignants itinérants peuvent se retrouver sur différentes îles, en plus du collège qui a son siège à Brest mais dispose d'antennes sur plusieurs îles.

Les tendances démographiques varient aussi en fonction des îles :

À Belle-Île, la population augmente depuis plusieurs années, c'est le cas aussi de l'île de Sein depuis le dernier recensement. Ce redressement démographique est lié à un regain d'intérêt de certains pour les îles, comme d'anciens îliens, des personnes ayant un coup de coeur, des personnes qui veulent partir sur de nouveaux projets. Cette arrivée de néo-entrepreneurs a des incidences sur la démographie, comme l'arrivée de retraités qui viennent s'installer à l'âge de la retraite.

Les îles vivent essentiellement du tourisme, et sur certaines dates, les îliens peuvent avoir le sentiment d'être un peu envahis par la masse touristique. Cela reste à pondérer puisque ça dépend vraiment des îles et ça dépend aussi des périodes de l'année. Les îles qui sont les plus exposées sont les petites îles proches du continent puisque les liaisons peuvent être très faciles. Sur ce point, la loi Climat et Résilience contient un amendement qui permet aux maires de limiter le nombre de rotations de bateaux.

L'équipe