France Culture
France Culture
Publicité
Résumé

Le nouvel album de l'icône de la folk américaine, en tournée d'adieux en Europe; un documentaire intimiste de Sandrine Bonnaire sur l'égérie du rock anglais

En savoir plus

La chanteuse américaine Joan Baez entame une gigantesque tournée d'adieux en Europe avec un nouvel album intitulé, en hommage à une chanson de Tom Waits qu’elle reprend, Whistle Down the Wind.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il y a des gens qui vouent un culte particulier à Joan Baez. Peut-être parce qu’au-delà de ses chansons mythiques, elle a milité pour les droits civiques aux Etats-Unis aux côtés de Martin Luther King, peut-être parce qu’elle a manifesté contre la guerre au Vietnam et écopé de dix jours de prison avant de se retrouver cachée dans un bunker à Hanoï pour éviter les bombardements américains, peut-être parce que comme son ami désormais prix Nobel de littérature Bob Dylan, elle est une égérie de la protest song, et que depuis cinquante ans elle manifeste, elle exprime ses convictions, elle vit ses combats contre les injustices à travers la chanson. Il fut un temps, sans doute révolu, où cela avait un sens, et peut-être même une efficacité. Elle y croit encore à 77 ans, et cette foi chevillée au corps n'est pas naïve, elle est belle.

Publicité

Elle chante aussi une très belle chanson de Zoe Mulford, The President Sang Amazing Grace, qui revient sur l'hommage de Barack Obama aux victimes de la tuerie raciste de Charleston en juin 2015, une chanson qui prend un relief particulier quelques jours après la tuerie dans un lycée en Floride, et qu’elle a chantée en direct sur France Inter il y a quelques jours...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Autre voix, autre continent, autre icône de la même époque, très grande dame du rock, Marianne Faithfull. Elle se livre de façon intime et sensible à la caméra de Sandrine Bonnaire, qui capte cette « fleur d’âme » en alternant entretiens et archives, depuis le moment où elle fut repérée en 1964 par le manager des Rolling Stones et propulsée sous les projecteurs à seulement 17 ans avec la chanson de Mick Jagger et Keith Richards As Tears Go By, jusqu’à aujourd’hui en passant par sa relation avec Mick Jagger, ses changements de vie, sa décision radicale de mener, comme dans Le Festin nu de William S. Burroughs, une vie de SDF et de toxicomane. Ce film est plus l’histoire d’une femme qui a su surmonter tous ses freins pour devenir une très grande musicienne qu'un condensé de l’histoire du rock. Il a reçu un FIPA d’or au festival de Biarritz en janvier, et il a été diffusé hier soir sur Arte, il est encore visible pendant 7 jours sur Arte+7 et sera rediffusé le 31 mars à 6h15.

Références

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Doria Zénine
Réalisation
Mélanie Chalandon
Collaboration