Publicité
Résumé

Ce weekend on vous propose de découvrir le nouvel enregistrement des Four Seasons recomposés par Max Richter et de descendre sous la mer pour admirer un joyau de l'art pariétal.

En savoir plus

On connaissait (et on aimait déjà) les Quatre saisons recomposées de Vivaldi par Max Richter, qui datent de 2012. On a découvert avec joie qu’a paru hier un nouvel enregistrement du compositeur, dans lequel il a enrôlé la violoniste Elena Urioste et le Chineke! Orchestra. Une merveille, à nos oreilles en tout cas.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

The New Four Seasons est un disque Deutsche Grammophon/Universal

Publicité

La deuxième envie pour le weekend nous conduit à Marseille à la découverte d’un joyau de l’art pariétal, ou plus exactement de sa réplique, inaugurée le weekend dernier : il s’agit de la reconstitution de la grotte Cosquer, découverte en 1985 à 37m de profondeurs dans les calanques marseillaises, par le plongeur Henri Cosquer qui, pour la petite histoire, se serait écrié avec son accent marseillais et son côté bourru en voyant la première peinture : "Qui c’est qui est venu taguer là-dedans ?”

Cette grotte date de 33 000 ans, quand la mer était 135m du bas que maintenant et que le climat à Marseille était celui de l’Islande à tel point qu’à côté des lions, des bisons, des chevaux, il y avait alors à Marseille aussi… des pingouins.

C’est tout ce bestiaire qu’on peut voir dans cette grotte ornée, jusque-là accessible aux seuls plongeurs expérimentés, et qui reste la seule cavité sous-marine peinte connue à ce jour.

La réplique est à voir à la Villa Méditerranée, grand bâtiment blanc surplombant la mer à côté du Mucem, et la visite est en immersion puisqu’on descend à environ 15 m de profondeur pour aller s’installer dans des voiturettes automatiques (ambiance fête foraine). Suit une bonne demi-heure de parcours dans l’obscurité, où, muni/e d’un audio-guide obligatoire, l’on suit les indications pour découvrir une centaine de peintures pariétales dont certains éléments sont "surlignés" par des jeux de lumière.

Une expérience fascinante et émouvante, d'après les premiers témoignages rapportés dans l'équipe.

Informations ici.

Bonus : Arte propose un documentaire de Marie Thiry, "La grotte Cosquer, un chef-d’œuvre en sursis" disponible sur arte.tv jusqu’au 23 août 2022 et qui sera diffusé samedi 25 juin à 22 h 20.

Références

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Stéphanie Villeneuve
Collaboration