Publicité
Résumé

Sur son dernier album, Renaud reprend "Si tu me payes un verre" dans une poignante interprétation. A découvrir également, la reprise au théâtre du Châtelet de la pièce mythique de Pina Bausch, "Barbe bleue"

En savoir plus

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Interprétée par Serge Reggiani en 1975, "Si tu me payes un verre" est l'une des chansons que Renaud reprend sur son dernier album, "Métèque". Une chanson pour accompagner notre premier invité, Ervé.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le théâtre de la Ville propose au théâtre du Châtelet à Paris jusqu’au 2 juillet Barbe Bleue de Pina Bausch, à voir absolument.

Publicité

Une pièce qui date de 1977, deux ans après son inoubliable Sacre du printemps… Il paraît que son Barbe bleue a été incomprise par la moitié du public à l’époque, mais aujourd'hui c’est un classique.

La pièce est inspirée non seulement du conte de Perrault mais de l’unique opéra de Bartok que l’homme sur scène, seul avec sa jeune femme dans une vaste salle jonchée de feuilles mortes, écoute obsessionnellement sur sa bande magnétique, en boucle, tout en l'arrêtant et en la rembobinant de façon répétitive. Ils sont seuls, mais régulièrement une bande de jeunes gens vient hanter la pièce, tantôt pour faire la fête et parader, tantôt pour entraîner le couple dans un cercle dévastateur de pulsions terrifiantes. Car l'homme, trois fois plus grand et plus fort que la femme (exceptionnels Tsai-Chin Yu et Oleg Stepanof, en alternance avec d'autres danseurs) est effrayant, et la violente tandis qu'elle s’accroche à lui cherchant en vain de la tendresse.

C'est l'ne des premières créations de la grande chorégraphe (morte en 2009), quasiment jamais rejouée en France, une des premières "danse-théâtre" qui fera sa singularité. Et tout le génie de Pina Bausch est déjà en place, sa gestuelle, les femmes cheveux longs lâchés en robe satinée, les hommes en costume ou caleçon velours, les jeux de séduction et de pouvoir, la domination sexuelle, l’incommunicabilité, les gestes répétés, les courses, les étreintes, le théâtre désespérant des rapports hommes-femmes. Un chef d’œuvre.

Voir cette pièce en 2022 sachant qu’elle a été créée en 1977 et dans le contexte actuel fait l’effet d’une déflagration… Et la jeune troupe du Tanztheater Wuppertal emmenée désormais par le chorégraphe Boris Charmatz.

C'est au théâtre du Châtelet à Paris jusqu’au 2 juillet.

Références

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Stéphanie Villeneuve
Collaboration