France Culture
France Culture
Publicité
Résumé

Une découverte pianistique et un album de BD désopilant

En savoir plus

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

« Imaginez, écrit un critique de Télérama_, Duke Ellington jouant du Schumann, Martial Solal en train d’improviser sur un air de bastringue, ou encore Cotrane revisité par Debussy, et vous commencerez à vous faire une idée du génie de Yakir Arbib, pianiste israélien de trente ans_ »

Yakir Arbib fait actuellement le tour du monde en tant qu’artiste solo avec des récitals de piano et d’autres groupes qui interprètent sa musique… Il reprend des standards, compose, et surtout improvise admirablement, le tout peut-être grâce une double singularité, une oreille absolue et à une synesthésie (il perçoit la musique en couleurs)…

Publicité

Le pianiste a sorti il y a quelques semaines un album solo et il faut avouer que c’est bluffant. Il a pour titre My name is Yakir et il est sorti sur le label JMS.  Arbib sera à la Chapelle du Mejean à Arles le 28 février.

Autre conseil pour le weekend, le nouvel album BD d’un de nos grands auteurs de bande dessinée, Manu Larcenet, désopilant. Thérapie de groupe tome 1 met en scène un artiste en mal d’inspiration. Cet artiste, c’est lui Manu Larcenet, alias Jean Eudes de Cageot-Goujon, autrefois surnommé « le Donald Trump du 9e art », et qui aujourd'hui fait face au syndrome de la case blanche, ce qui le rend profondément dépressif sauf quand il pense avoir l’idée du siècle… De sa bipolarité et de sa panne de bonnes idées, Manu Larcenet fait un album absolument paradoxal, puisqu’il est à la fois très drôle et bourré d’idées. Lui sait tout dessiner, des clins d’œil à Lewis Strondheim aux peintures pariétales, de la Renaissance italienne aux mangas, de la BD d’humour à la Reiser avec ses gros nez aux tableaux de maîtres. On y croise aussi Cézanne et Nietzsche qui à propos de la création artistique disait « Il faut avoir du chaos en soi pour enfanter une étoile qui danse »… Il inscrit en tout cas la BD dans l’histoire de l’art et il le fait de main de maître.

Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse, Dargaud

Références

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Doria Zénine
Réalisation
Amélie Perrot
Collaboration