France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

PARTIE 1 L’exil des Tibétains en Inde

“Espérer le meilleur mais se préparer au pire”, telle est la devise du gouvernement tibétain en exil. Et le pire, le peuple tibétain semble bien y être condamné depuis l’intervention militaire chinoise de 1950, la fuite du Dalaï-Lama en mars 1959, et l'exil forcé plus de 150.000 Tibétains qui s’en suivit. Comment les Tibétains parvinrent-ils à fuir au travers des montagnes de l’Himalaya et à rejoindre l’Inde notamment, qui abrite aujourd’hui les 2/3 des réfugiés ainsi que le siège du gouvernement tibétain ? Sans territoire, l’administration tibétaine s’organise et résiste à l’occupation chinoise depuis l’Inde : comment fonctionne une nation entière en exil ? Comment vivent les milliers de personnes réfugiées à Dharamsala, la « petite Lhassa » ?

Publicité
Tibet
Tibet
© Radio France

Avec Anne-Sophie Bentz

Maître de conférences à l’Université Paris-Diderot, spécialiste de l'Asie du Sud et auteur des* Réfugiés tibétains en Inde : nationalisme et exil* , paru en 2010 aux PUF

*Textes lus par Phil Bouvard : *

  • Paroles de Tibétaines d'Ann Riquier, Plon, 1998
  • Les Chemins des nuages de Lama Anagarika Govinda, trad. par Josette Herbert et Antoinette Perelli, éditions Albin Michel, 2008

PARTIE 2 Les migrations chinoises de l'intérieur

Les récentes réformes économiques en Chine ont imposé au Parti communiste le plus vaste exode rural de l'histoire mondiale. On estime en effet que le nombre de migrants à l’intérieur du territoire chinois équivaut au nombre total de migrants dans le monde, tous pays confondus. Historiquement le hukou , véritable « passeport intérieur » instauré en 1950, visait à limiter ces velléités de mobilité sociale et spatiale. Mais avec l’ouverture au marché, nombreux sont les « travailleurs migrants » illégaux, c’est-à-dire sans carte de résident, qui ne peuvent bénéficier d’aucun service public et qui vivent comme des citoyens de seconde zone dans les villes de leur propre pays. Alors une question se pose : comment la Chine va-t-elle gérer l’explosion de cette population urbaine qui devrait atteindre 800 millions de personnes en 2050 ? Quelles en seront les conséquences sur l’urbanisme ? L’inégalité des droits entre détenteurs du fameux hukou et les autres ne risque-t-elle pas de conduire à une situation explosive ?

La Chine m'inquiète
La Chine m'inquiète
© Radio France

Avec Jean-Luc Domenach

Sinologue et historien, ancien directeur scientifique de Sciences-Po et auteur, entre autres livres, de *La Chine m'inquiète * édité par Perrin en 2009

*Textes lus par Phil Bouvard : *

  • *Promesse de Shanghai * de Stéphane Fière, éd Actes Sud, 2007

Générique : "Purrfect" de Funki Porcinide - album Love, pussycats & carwrecks (1996)

Retrouvez-nous sur Facebook à la page des Hommes aux semelles de vent - France Culture

Merci au service de la documentation de Radio-France et tout particulièrement à Annelise Signoret.

Merci au CIEMI (Centre d'Information et d'Etudes sur les Migrations Internationales) pour sa collaboration.

Migrations Société - La revue bimestrielle du CIEMI cherche à faire le lien entre recherche et milieu associatif pour faire le point sur les mouvements d'opinion, les analyses politiques dans les différents pays européens, et pour prévoir les grands enjeux migratoires du XXIe siècle.