Kees Van Dongen, au firmament des années folles

France Culture
Publicité
Avec
  • Geneviève Nevejan Historienne de l'art
  • Sophie Kreps Conservateur et commissaire de l'exposition "Van Dongen, Fauve, anarchiste, mondain", Musée d'Art Moderne de la ville de Paris
  • Daniel Marchesseau Conservateur général du patrimoine et historien d'art
Le Chapeau rose, 1907
Le Chapeau rose, 1907
- Kees Van Dongen

Le Chapeau rose, 1907 Kees Van Dongen

©ADAGP, Paris 2011 - Musée Fabre de Montpellier Agglomération / Photographe : Frédéric Jaulmes

Publicité

A l'occasion de l'exposition "Kees Van Dongen, Fauve, anarchiste, mondain", qui se tiendra au Musée d'Art moderne de la ville de Paris du 25 mars au 17 juillet 2011, Elisabeth Couturier reçoit Sophie Kreps, Daniel Marchesseau et Geneviève Nevejan.

« KEES VAN DONGEN, AU FIRMAMENT DES ANNÉES FOLLES »

KEES VAN DONGEN : UN NOM QUI EVOQUE IMMEDIATEMENT DES PEINTURES AUX COULEURS FRANCHES METTANT EN SCÈNE DE MINCES JEUNES FEMMES FARDÉES ET COUVERTES DE BIJOUX. EN PRENANT POUR MODÈLES LES DIVAS DU TOUT PARIS DE LA BELLE ÉPOQUE, VAN DONGEN A FIXER POUR L’ÉTERNITÉ L’ALLURE ALTIÈRE ET LA TROUBLEANTE ANDROGYNIE DE LA GARCONNE DES ANNÉES FOLLES

**MAIS L’ŒUVRE DE CET ARTISTE HOLLANDAIS VENU GROSSIR LES RANGS DE L’ECOLE DE PARIS A LA TOUTE FIN DU XIXe SIECLE DONNE ENCORE DU FIL À RETORDRE AUX HISTORIENS DE L’ART. **

**LE PLUS GRAND REPROCHE FAIT À VAN DONGEN EST CELUI DE NE PAS AVOIR TENU SES PROMESSES. L’AURA DU PERSONNAGE, SES FRÉQUENTATIONS CHICS ET LES FÊTES INVRAISEMBLABLES QU’IL DONNAIT À MONTPARNASSE, ENTRE LES DEUX GUERRES, ONT BROUILLÉ SON IMAGE. POURTANT, L’ARTISTE AVAIT DU SOUFFLE : DANS SA PREMIÈRE PÉRIODE KEES VAN DONGEN EST CONSIDÉRÉ COMME L’UN DES PLUS BRILLANTS PEINTRES DU FAUVISME. **

Chronique de Clément Dirié sur la destinée du portrait mondain au XXe et XXIe siècles : Andy Warhol, Elisabeth Peyton, Karen Kilimnik et Francesco Vezzoli

L'Ecuyère, 1920
L'Ecuyère, 1920
- Kees Van Dongen

L'Ecuyère,

1920 Kees Van Dongen

©ADAGP, Paris 2011- Château-musée de Dieppe/Bertrand Legros