France Culture
France Culture
Publicité

Dans la nuit du 13 juin dernier, Gheorghe, et non pas Darius comme on a pu le lire et l’entendre un peu partout, un adolescent Rom de 17 ans, était retrouvé dans un état critique dans un caddie, entre l'entrée de la cité des Poètes de Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), et celle du campement aménagé autour d'une maison désaffectée où Gheorge, ses proches et d'autres Roms s'étaient installés. L’enquête en cours n’a pour l’instant pas encore permis d’identifier ceux qui ont lynché le jeune homme et progressivement on s’émeut en France de cet acte d’une rare violence.

La classe politique, François Hollande et Manuel Valls en tête, ont condamné la barbarie de ce lynchage. Pourtant ce même Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur en septembre 2013 parlait « des modes de vie [des Roms] extrêmement différents des nôtres » qui se retrouvaient « évidemment en confrontation» et affirmaient que les Roms avaient « vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie».

Publicité

Dans les circonstances actuelles, ces propos posent plusieurs problèmes.

Peut-on imputer aux déclarations de Manuel Valls, mais aussi à celles de nombreux élus qui dérapent régulièrement sur la question des Roms, la responsabilité indirecte de ce lynchage ?

A force de pointer du doigt les communautés particulières, la notion de « vivre ensemble » est-elle aujourd’hui au point mort ?

Comment expliquer que la notion de Français soit considérée comme un seul et unique bloc dans lequel devraient se fondre tous les particularismes ?

Nous recevons :

Laurent Bouvet
Laurent Bouvet
© Radio France - Amélie Perrot

Laurent Bouvet , Professeur de science politique à l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, Directeur de l’Observatoire de la vie politique de la Fondation Jean-Jaurès. Il a publié : Le Sens du peuple. La gauche, la démocratie, le populisme (Gallimard 2012) et signé l'article du 24 juin sur Slate.fr : "Lynchage d'un jeune Rom en Seine Saint Denis: la somme de tous nos échecs".

Alina Lingurar, Nikolaï Angelov et Manuel Nuñez
Alina Lingurar, Nikolaï Angelov et Manuel Nuñez
© Radio France - Amélie Perrot

Alina Lingurar et Nikolaï Angelov , jeunes Roms en service civique au sein du projet Romcivic porté par l'association Les enfants du canal

Manuel Nuñez , membre de l'association Les enfants du canal

Avant de chercher à répondre à ces questions en seconde partie avec nos invités, nous parlons tout d’abord de la Corse. Hier en fin d’après midi, le Front de Libération Nationale de la Corse (FLNC) a officiellement annoncé qu’il déposait les armes. Mais attention, l’abandon des armes ne signifie pas pour autant l’abandon du combat politique pour l’indépendance de l’Ile de Beauté.

A nos côtés pour en parler Jacques Follorou , journaliste au Monde et écrivain. Auteur de *La guerre des parrains corses, * (Flammarion, Janvier 2013).

La fin du FLNC armé signifie-t-elle la fin des attentats et des règlements de compte en Corse ?

> Ce qui nous arrive sur la toile avec Xavier de la Porte : Une société de données, ce n'est pas comme une société de statistiques **> Ce qui nous arrive en musique avec Mathieu Conquet ** > Ce qui nous arrive avec Sabine Audrerie : Les bibliothèques imaginaires

L'équipe

Marc Voinchet
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Collaboration
Edwy Plenel
Chronique
Charles Le Gargasson
Réalisation
Benjamin Hû
Réalisation
Etienne Klein
Etienne Klein
Etienne Klein
Chronique
Tanguy Blum
Collaboration
Philippe Baudouin
Réalisation
Philippe Meyer
Chronique
Brice Couturier
Brice Couturier
Brice Couturier
Chronique
Hubert Védrine
Chronique
Caroline Fourest
Chronique
Sabine Audrerie
Chronique
Laurent Joffrin
Chronique
Corinne Amar
Collaboration
Stéphane Rozès, président de Cap (Conseils, analyses et perspectives), enseignant à Sciences-Po et HEC , le 15 octobre 2018
Stéphane Rozès, président de Cap (Conseils, analyses et perspectives), enseignant à Sciences-Po et HEC , le 15 octobre 2018
Stéphane Rozès
Chronique
Thierry Pech
Chronique
Francesca Fossati
Francesca Fossati
Francesca Fossati
Production déléguée
Matthieu Conquet
Chronique