De jeunes Palestiniennes déposent des fleurs sur une sculpture représentant le corps d'Aylan, sur une plage de Gaza.  ©AFP - MOHAMMED ABED / AFP
De jeunes Palestiniennes déposent des fleurs sur une sculpture représentant le corps d'Aylan, sur une plage de Gaza. ©AFP - MOHAMMED ABED / AFP
De jeunes Palestiniennes déposent des fleurs sur une sculpture représentant le corps d'Aylan, sur une plage de Gaza. ©AFP - MOHAMMED ABED / AFP
Publicité
Résumé

Le 3 septembre 2015, le cliché du corps sans vie de ce petit Syrien de trois ans, retrouvé sur une plage turque, faisait le tour des réseaux sociaux et boulversait le monde entier.

En savoir plus

"En photographiant ce petit être, j'ai simplement voulu refléter le drame de ces gens", explique la photographe turque Nilüfer Demir, à l'origine du cliché. Cette photographie, rendue tristement célèbre, s'est muée en une construction virale qui s'est propagée, parce qu'elle a touché le monde entier. Mais, comment expliquer qu'une photo devienne iconique ? La 

Pour débattre de ce sujet, Guillaume Erner reçoit André Gunthert, maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Il dirige le Laboratoire d'histoire visuelle contemporaine. Il est fondateur de la première revue scientifique francophone dédiée à l'histoire de la photographie, et Marta Gili, directrice du Jeu de Paume. Ils seront rejoints en deuxième par Valérie Jouve,  photographe et vidéaste et Laurence Geai,  photographe et journaliste. Elle a couvert les conflits en Syrie et en Afrique centrale.

Publicité

Comment la photographie peut elle devenir un symbole et dépasser son propre sujet ? 

Pour André Gunther, maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, c'est souvent la façon dont la photographie est perçue par le public, qui va en déterminer l'essence. Concernant la photo du petit syrien Aylan, mort noyé et dont le corps a été retrouvé sur une plage en Turquie, André Gunther explique: 

Ce qu'il y a de plus tragique dans cette image, c’est le corps de ce petit enfant, mort et isolé, sur la plage. Cette image s’est transformée en motif. Elle a été transformée, remixée, redessinée sur internet… Les internautes se sont approprié une image. Cela montre la force du motif initial. Les internautes ont fait de cette image un symbole.

Au-delà de l'émotion qu'elle a suscité dans le monde entier, cette photo a directement impacté la sphère politique et a engendré un basculement. Suite à la propagation de ce cliché, Angela Merkel a modifié son discours concernant l'accueil des migrants, emprunt d'un  sentiment humain. La photographie a été une sorte d’emblème, une peinture d’histoire, comme si une image pouvait signifier et marquer un changement historique.

Mais à partir de quand la photographie devient-elle objet d'art ? Le travail du photo reporter est-il un travail artistique ? Pour Marta Gili, directrice du Jeu de Paume, les frontières entre photo d'actualité et photo d'art sont de plus en plus poreuses : 

Ces frontières sont en train de disparaître, et c’est tant mieux. Pour moi, la photographie d’art n’existe pas, et je ne pense pas avec cette idée très française de la photo plasticienne, inventée dans les années 1980. Je pense que la photo est aujourd'hui capable de parler du monde, de ce qu’il se passe aujourd'hui, sous forme d’essai. On peut penser avec la photographie. Marta Gili.

*Pour commenter l'émission, retrouver les références des livres et des musiques, rendez-vous sur cette page : * L'invité des Matins

Et à 8h40, la revue des Matins :

La revue de presse de Nicolas Martin

La revue musicale de Matthieu Conquet

La revue des images de Hélène Delye

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Collaboration
Claire Mayot
Production déléguée
Eve Etienne
Collaboration
Benjamin Hû
Réalisation
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Chronique
François Vey
Chronique
Aude Lancelin
Chronique
Brice Couturier
Brice Couturier
Brice Couturier
Chronique
Hubert Védrine
Chronique
Amélie Perrot
Collaboration
Jean Birnbaum
Chronique