Publicité
En savoir plus

L’émission d’aujourd’hui pourrait reprendre le titre de la dernière livraison du numéro d’Esprit : « Après l’union sacrée ». Revue à laquelle il faut rendre hommage puisque c’est là que nous vous avons lu pour la toute première fois il y a maintenant dix ans, Abdennour Bidar . Voici ce qu’écrit dix ans plus tard dans son éditorial la revue Esprit : « Après le 11 janvier, nos contradictions restent béantes. Bien que fermes sur nos principes, nous voyons mal comment sauver notre modèle d’intégration. L’ironie voltairienne ne constitue pas un projet collectif et la laïcité qui impose la neutralité de l’Etat et protège la liberté de conscience en même temps qu’elle garantit la liberté d’expression à propos de toutes les religions ne peut pas être invoquée pour reléguer la religion aux marges de la société. Reléguer, réformer, les mots sont aujourd’hui sur toutes les bouches. Réformer l’islam, c’est en tous cas une volonté politique qui émerge en ce moment en France, puisque jeudi dernier au Sénat Manuel Valls a demandé à Bernard Cazeneuve, qui est aussi ministre des cultes, de lancer des consultations sur l’organisation du culte musulman, sans plus de précisions pour l’instant sur les objectifs ou les personnes qui seraient consultées. Et lundi, après les fusillades de Copenhague, le Premier ministre a parlé d’ « islamo fascisme » et il a appelé l’Islam de France à « prendre ses responsabilités ».

Abdennour Bidar
Abdennour Bidar
© Radio France

Nous recevons ce matin pour en parler Abdennour Bidar , philosophe, spécialiste des évolutions de l’Islam et chargé de mission sur la pédagogie de la laïcité au ministère de l’éducation nationale. Il anime aussi l’émission Cultures d’Islam sur France culture.

Publicité

En octobre, il a écrit une « lettre ouverte au monde musulman », lettre qui a depuis beaucoup circulé et dans laquelle il appelle le monde musulman à se remettre en question, à reconnaître que puisque la barbarie est née de son propre ventre, il doit se réformer. Et au lendemain des attentats de Paris, il a de nouveau repris son stylo pour rédiger un « Plaidoyer pour la fraternité », qui paraît aujourd’hui chez Albin Michel.

Alors, face au terrorisme, l’Islam doit-il « prendre ses responsabilités » comme l’y appelle le Premier ministre ? Et entre représentation, financements, influences et théologie, comment l’Islam de France peut-il se réformer pour répondre à ces nouvelles questions qui lui sont posées ?

> Ce qui nous arrive demain avec Nicolas Martin : Le cosmos, c'est bon pour les dents > Ce qui nous arrive en musique avec Matthieu Conquet : 69 battements de Diterzi : catharsis et femme en trophée > Ce qui nous arrive avec Jean-Hervé Lorenzi du Cercle des économistes **Extrait musicaux : ** - "Fantastic Man" de William Onyeabor - "Still Dre" de Dr Dre avec Snoop Dog

Références

L'équipe

Marc Voinchet
Production
Antoine Beauchamp
Collaboration
Edwy Plenel
Chronique
Eve Etienne
Collaboration
Benjamin Hû
Réalisation
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Chronique
François Vey
Chronique
Aude Lancelin
Chronique
Brice Couturier
Brice Couturier
Brice Couturier
Chronique
Hubert Védrine
Chronique
Amélie Perrot
Collaboration
Jean Birnbaum
Chronique
Francesca Fossati
Production déléguée