Publicité
En savoir plus

Les 22 et 29 mars prochains, se tiennent les élections départementales. Alors que le Front National est crédité de 31% dans le dernier sondage Odaxa pour RTL daté du 9 mars, nous recevons Hervé Le Bras, géographe, et Nonna Mayer, politologue. Une émission en partenariat avec le journal « Le 1 » dont le dernier numéro s'intitule « FN, pourquoi il monte ».

De gauche à droite: le vote FN en France et les inégalités en France
De gauche à droite: le vote FN en France et les inégalités en France
- Hervé Le Bras

Cartes: conception et réalisation **Hervé Le Bras - ** Conception graphique Aurélie Colliot pour Le 1

Publicité

17,9% aux présidentielles de 2012, 11 mairies aux municipales de mars 2014, 25% aux élections européennes de mai, 2 sénateurs élus en septembre : on le sait, le Front national monte. Pour les prochaines élections, les départementales qui se tiendront les 22 et 29 mars prochain, les sondages donnent le Front national en tête des intentions de vote. Le FN dépasse les 30%. Marine Le Pen présente son parti comme le premier parti de France, et pour Manuel Valls, le Front national pourrait même remporter l’élection présidentielle de 2017.

La montée du Front national est de plus en plus évidente, mais comment la comprendre ? Entre vote protestataire ou d’adhésion, entre vote anti-immigration ou vote économique et social, comment expliquer la montée du Front national ? C’est la question que se pose le numéro du journal le 1 de cette semaine, avec un numéro intitulé : « FN, pourquoi il monte ? ». Poètes, journalistes, chercheurs et experts proposent dans le 1 de cette semaine leur regard sur cette question.

L’occasion pour les Matins de s’interroger aujourd’hui avec deux des contributeurs du 1 de cette semaine : le front national est-il vraiment aujourd’hui aux portes du pouvoir, peut-il gouverner ? Qui sont les électeurs de Marine Le Pen ? Et par quoi leur vote est-il aujourd’hui motivé ?

Hervé Le Bras et Nonna Mayer
Hervé Le Bras et Nonna Mayer
© Radio France - Amélie Perrot

Pour en parler ce matin, nous recevons Nonna Mayer , politologue, directrice de recherche au CNRS, rattachée au centre d’études européennes de Sciences Po. Dans le 1 de cette semaine, elle publie un article sur les femmes et le Front national : « Quand les femmes s’y mettent ». Nonna Mayer a aussi mené récemment avec Céline Braconnier une enquête sur la sociologie politique des précaires, qui paraîtra fin mars aux Presses de Sciences Po : Les inaudibles.

Et nous recevons aussi **Hervé Le Bras, ** démographe, directeur d’études émérite à l’Institut national d’études démographiques. Il est l’auteur d’un Atlas des inégalités paru aux éditions Autrement en 2014, et pour le 1 de cette semaine il a établi des cartes qui montrent le lien entre vote frontiste et inégalités.

Nonna Mayer : "à partir de 2009 monte le rejet des minorités. On peut accuser la crise, mais aussi un cadrage politique" #Sarkozy

Nonna Mayer : "les électeurs FN ne sont pas les plus pauvres, qui s'abstiennent, mais ceux juste au-dessus qui ont peur de tomber plus bas"

Hervé Le Bras : "Au debut des années 80 le vote FN était anti-immigrés, maintenant il est lié aux inégalités locales"

> Ce qui nous arrive demain avec Nicolas Martin : Ivre de soi > Ce qui nous arrive en musique avec Matthieu Conquet > Ce qui nous arrive avec Jean Birnbaum en partenariat avec Le Monde des Livres
> Retrouvez tous les dessins faits par Louison ce matin Extraits musicaux : - "Qui c'est celui-là" chanté par Toco.- "Bingo" de Jeanne Cherhal

Références

L'équipe

Marc Voinchet
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Collaboration
Edwy Plenel
Chronique
Eve Etienne
Collaboration
Benjamin Hû
Réalisation
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Chronique
François Vey
Chronique
Aude Lancelin
Chronique
Brice Couturier
Brice Couturier
Brice Couturier
Chronique
Hubert Védrine
Chronique
Amélie Perrot
Collaboration
Jean Birnbaum
Chronique
Francesca Fossati
Francesca Fossati
Francesca Fossati
Production déléguée