France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Emmanuel Kasarhérou Chargé de mission à l’Outre-mer au musée du quai Branly
  • Jean-Louis Vichot Vice-amiral à l’autorité de coordination pour les questions internationales, à l’État-major de la marine et au Ministère de la Défense
  • Fabrice Argounès enseignant en géographie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheur associé à l’UMR Géographie-Cités
  • Sarah Mohamed-Gaillard Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l'Inalco, spécialiste de l'histoire de l'Océanie et de la politique de la France dans le Pacifique Sud

Après une escale de deux jours en Nouvelle Calédonie, François Hollande reprend aujourd’hui l’avion pour l’Australie afin de poursuivre sa tournée en Océanie. Une situation inédite puisque jusqu’à aujourd’hui, aucun président français n’y avait effectué de visite d’Etat. Si ce marathon, entamé dès vendredi à l’occasion du G20 à Brisbane, marque la volonté croissante de la France de se rapprocher du grand centre économique que constitue la zone Asie-Océanie, il éclaire également plusieurs enjeux nationaux qui se jouent à plus de 16 000 kilomètres de la capitale. Tout d’abord celui de l’émancipation de la Nouvelle Calédonie, divisée entre loyalistes et indépendantistes qui devront avant 2018 organiser un référendum d'autodétermination. Mais aussi celui du développement économique de l'archipel dont le sous-sol regorge de nickel.

Alors qu’à son arrivée en Nouvelle Calédonie, François Hollande a répété à ses habitants « L’Etat sera à vos côtés » , ce territoire peut-il s’émanciper de la gouvernance française ? Dans un océan Pacifique de plus en plus convoité par les grandes puissances mondiales, quel rôle peut jouer la France ? Le pays gâche-t-il ses ressources situées dans le Pacifique ? L’Australie y est-elle devenue un nouvel intermédiaire incontournable ? Et cette zone géographique peut-elle devenir un espace de développement économique conséquent ou alors un futur foyer de crise d’influence ?

Publicité
Fabrice Argounès, Sarah Mohamed-Gaillard, Adeline Beving, Emmanuel Kasarhérou et Jean-Louis Vichot
Fabrice Argounès, Sarah Mohamed-Gaillard, Adeline Beving, Emmanuel Kasarhérou et Jean-Louis Vichot
© Radio France - Antoine Beauchamp

Pour approfondir toutes ces questions nous recevons** Sarah Mohamed-Gaillard, ** maître de conférences en histoire contemporaine à l'Inalco, spécialiste de l'histoire de l'Océanie et de la politique de la France dans le Pacifique Sud, co-auteur de l'Atlas de l'Océanie * et auteur de L'Archipel de la puissance* , Jean-Louis Vichot, ** Vice-amiralà l’autorité de coordination pour les questions internationales, à l’État-major de la marine et au Ministère de la Défense et Emmanuel Kasarherou, ** Chargé de mission à l’Outre-Mer au Musée du Quai Branly.

Ils seront rejoints en deuxième partie d’émission par** Fabrice Argounès, ** politologue, spécialiste de l'Australie et du Pacifique Sud. Il est l’auteur notamment de : Atlas de l’Océanie sorti en 2011 aux éditions Autrement.

> Ce qui nous arrive demain avec Nicolas Martin : Cannabis repetita
> Ce qui nous arrive en musique avec Matthieu Conquet : Klezmer everywhere : de Yom à A-Wa
**> Ce qui nous arrive avec Bertrand de Saint-Vincent en partenariat avec le journal Le Figaro **
**Extraits musicaux : **

  • "C'est qui qui paye" de Gurejele
  • "Donna e mobile" chanté par Roberto Alagna (2014)

L'équipe