Publicité
En savoir plus

Faut-il voir le temps libre et ce que nous en faisons comme le révélateur des inégalités qui traversent notre société ? Quelles sont les nouvelles normes créées par le temps libre, par les loisirs et par les projets ? Les Matins reçoivent Jean Viard pour « le triomphe d’une utopie » (L’Aube) et Jean-Marie Durand pour « Le Cool dans nos veines. Histoire d’une sensibilité » chez Robert Laffont.

Jean Viard et Jean-Marie Durand
Jean Viard et Jean-Marie Durand
© Radio France

Faut-il voir le temps libre et ce que nous en faisons comme le révélateur des inégalités qui traversent notre société ? Depuis quelques jours, la température monte et l’été arrive : pas de doute, dans quelques semaines, ce seront les vacances, les transats au soleil et la nationale 7.

Publicité

Ce temps libre, nous n’en avons jamais eu autant. C’est le point de départ du travail de Jean Viard , sociologue, directeur de recherches au CNRS et à Sciences Po, dans son livre « le triomphe d’une utopie », paru aux éditions de l’Aube. En 1936, 40% d’une vie était consacré au travail. Aujourd’hui, le travail n’en occupe plus que 10%. Et ce temps gagné, cet « à côté », peut être le temps des voyages, des projets et de la réalisation de nos désirs.

Mais ce temps gagné sur le travail n’est pas le même pour tous. Alors comment ce temps de la réalisation de soi crée-t-il de nouveaux exclus ? Est-il aussi un temps économique, et comment modifie-t-il la structure de nos sociétés ? Quelles sont les nouvelles normes créées par le temps libre, par les loisirs et par les projets ?

Et en deuxième partie d’émission, Jean Viard est rejoint par **Jean-Marie Durand, ** journalistes aux Inrocks, qui publie « Le Cool dans nos veines. Histoire d’une sensibilité » chez Robert Laffont. Un livre qui résonne avec les questions posées par Jean Viard, puisqu’il y retrace une histoire du « cool », un mot qui dit peut-être un état d’esprit de notre époque, une aspiration à une vie libre, mais aussi une marchandisation et l’apparition de nouvelles normes.

**> Ce qui nous arrive demain avec François Angelier : Les fééries optiques de Karel Zeman ** > Ce qui nous arrive en musique avec Matthieu Conquet : FFS : le grand Sparks mange Franz Ferdinand, et inversement > Ce qui nous arrive sur France Culture avec Sandrine Treiner

Références

L'équipe

Marc Voinchet
Production
Antoine Beauchamp
Collaboration
Edwy Plenel
Chronique
Eve Etienne
Collaboration
Benjamin Hû
Réalisation
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Chronique
François Vey
Chronique
Aude Lancelin
Chronique
Brice Couturier
Brice Couturier
Brice Couturier
Chronique
Hubert Védrine
Chronique
Amélie Perrot
Collaboration
Jean Birnbaum
Chronique
Francesca Fossati
Production déléguée