La constellation d'Orion, illustrée par Cécile Aurégan, pour le podcast "Les mondes de Chloé" ©Radio France - Cécile Aurégan
La constellation d'Orion, illustrée par Cécile Aurégan, pour le podcast "Les mondes de Chloé" ©Radio France - Cécile Aurégan
La constellation d'Orion, illustrée par Cécile Aurégan, pour le podcast "Les mondes de Chloé" ©Radio France - Cécile Aurégan
Publicité
Résumé

Au cours de cette onzième nuit, Chloé découvre la plus belle constellation du ciel d'hiver : Orion et ses sept étoiles brillantes. Puis, en compagnie de l'astrophysicienne Françoise Combes, Chloé s'envole sur Bételgeuse pour résoudre une énigme : pourquoi s'est-elle mystérieusement éteinte en 2019 ?

avec :

Françoise Combes (Astrophysicienne à l'Observatoire de Paris, professeure au Collège de France et membre de l'Académie des sciences).

En savoir plus

Depuis la France, Orion ne se voit que dans le ciel d’hiver. Au centre de son nœud papillon, les trois étoiles alignées représentent la ceinture d’Orion. À gauche, et légèrement en dessous, il y a Sirius, l’étoile la plus brillante du ciel d’hiver. Dans la mythologie grecque, Orion est un chasseur, fils du dieu Poséidon, et protégé de Zeus.

Un jour, un homme très âgé reçoit la visite de trois voyageurs. Le vieil homme tue un bœuf et leur sert un copieux repas. Mais les trois inconnus n’étaient autres que Neptune, Mercure et Zeus. Les trois dieux souhaitent récompenser le vieil homme pour son hospitalité et lui demandent s’il a un désir. Le vieil homme voudrait un enfant. Les dieux déposent alors leur urine dans la peau du bœuf et c'est ainsi qu'Orion naît. C’est pourquoi depuis sa naissance, Orion était placé sous la protection de Zeus. Mais comment Orion a-t-il été transformé en constellation ?

Publicité

Orion était un géant méchant, mais très beau et très bon chasseur. Il se vantait et les dieux n’aiment pas cette arrogance. "Il n'est aucune bête dont je ne puisse triompher", déclare un jour Orion. En entendant cela, la déesse Héra décide de lui donner une bonne leçon. Héra commande à un scorpion de se cacher dans des feuillages et d’attendre le passage du chasseur. Quand Orion arrive, le petit animal se jette sur lui et le pique au talon. Orion meurt sur le coup, et est envoyé sous forme de constellation sur la voûte céleste.

Mais Héra n’en a pas fini, et pour que le combat puisse continuer, elle envoie aussi le scorpion dans le ciel. Toutefois, Zeus, le roi des dieux, les sépare afin que le scorpion et Orion, son protégé, ne puissent jamais s’atteindre. Ainsi, quand Orion se lève à l’est, la constellation du Scorpion se couche à l’ouest.

Sur l’épaule gauche d’Orion, se trouve Bételgeuse, l’étoile rouge orangée la plus brillante de la constellation. En 2019, cette étoile a mystérieusement perdu de sa luminosité. C’était une véritable énigme pour les scientifiques ! Mais comment est-ce arrivé ?

Sa luminosité a baissé mystérieusement, mais un an après, elle s’est "rallumée". Une étoile de cette taille en fin de vie grossit de plus en plus et perd en luminosité jusqu’à ce qu’elle explose et meurt. Mais les scientifiques ont compris qu’elle s’était obscurcie à cause d’un nuage de gaz et de poussières qui était passé devant elle. Il semblerait que ce soit l'étoile elle-même qui ait éjecté ce nuage de gaz et de poussières. Le nuage s’est finalement dilué dans l'espace et l'étoile a retrouvé de sa luminosité.

Pendant cette onzième nuit interstellaire, vous allez rencontrer :

  • Orion, chasseur géant de la mythologie grecque, fils de Poséidon, dieu des mers et des océans.
  • L'étoile Bételgeuse : Elle est environ 550 fois plus grosse que le Soleil et elle rayonne autant que 100 000 soleils réunis.
  • Débris spatial : objet ou fragment créé par les humains. Il y a au moins 10 000 tonnes de déchets qui polluent l'orbite terrestre. Ces débris sont la conséquence d’explosion d’engins spatiaux, de collisions, de destructions par missile aussi : "Ces débris sont une vraie menace pour les engins spatiaux qui volent en orbite basse, c’est-à-dire proche de la terre. Pour l’instant, les navettes ont toujours réussi à les éviter car l’espace est vaste. Mais plus il y aura de débris, plus les collisions seront fréquentes et elles produiront encore plus de débris. Un vrai cercle vicieux qui pourrait réellement mettre en péril les explorations spatiales." Françoise Combes

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un podcast familial proposé par Camille Renard, écrit par Alice Butaud, et réalisé par Charlotte Roux
Avec les comédiennes
Léopoldine Serre, Anne Canovas, et l’astrophysicienne Françoise Combes dans son propre rôle.
Musique originale : Jonathan Fitoussi
La chanson originale du podcast est interprétée par Léopoldine Serre, et composée par Mickael Olivier : Et toi, l’étoile Pour qui tu brilles ? Pour qui tu cours Au point du jour ?
Illustration : Cécile Aurégan
Mixage : Frédéric Changenet, Guillaume Le Dû, Thomas Robine, Ariane Neumann. Bruitage : Bertrand Amiel.

Merci à l’astrophysicien et historien des sciences Thomas Widemann, Guilhem Flouzat, Suzanne François-Renard, les CM1 de l’école Tourtille à Belleville (Paris).

>>> Poursuivez ce voyage interstellaire, en écoutant le podcast Un été sous les étoiles, de Nicolas Martin

France Culture à la Cité des Sciences de Paris !

Partir à bord d’une station spatiale, apprendre à lire un ciel d’été, voyager au cœur des trous noirs… Tout l’été, le planétarium de la Cité des sciences et de l’industrie propose des spectacles pour petits et grands. A cette occasion, découvrez un extrait de ce podcast familial tous les jours à 11h.
Voyagez entre les astres et les constellations au cours de cette expérience inédite du 18 juillet au 28 août.
Programme complet sur le site de La Cité des Sciences et de l’industrie.

Références

L'équipe

Camille Renard
Coordination
Charlotte Roux
Réalisation
Pascaline Bonnet
Collaboration