Ce qui est perçu comme inhumain, c'est que le robot n'explique pas la décision, au risque d'affecter un étudiant déçu…
Ce qui est perçu comme inhumain, c'est que le robot n'explique pas la décision, au risque d'affecter un étudiant déçu… ©AFP - CHARLY TRIBALLEAU
Ce qui est perçu comme inhumain, c'est que le robot n'explique pas la décision, au risque d'affecter un étudiant déçu… ©AFP - CHARLY TRIBALLEAU
Ce qui est perçu comme inhumain, c'est que le robot n'explique pas la décision, au risque d'affecter un étudiant déçu… ©AFP - CHARLY TRIBALLEAU
Publicité

La procédure d'admission post-bac (APB) fait débat. Le système basé sur un algorithme mathématique doit être revu pour 2018.

La polémique

La ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a promis une rénovation complète de la procédure d'admission post-bac (appelée APB) pour 2018. Jugée comme étant “incompréhensible” par beaucoup, celle-ci fait polémique. Pour dispatcher les élèves dans les établissements secondaires, l’algorithme tourne en fonction du nombre de places disponibles et des critères de priorité. Ce type d’algorithmes a été élaboré par les mathématiciens David Gale et Lloyd Shapley au début des années 1960. Ce dernier est considéré comme un des pionniers de la théorie des jeux. Il a même reçu le prix Nobel d’économie en 2012 pour ses travaux sur la façon de faire correspondre l’offre et la demande sur les marchés…

L'équipe