Le bonheur prisonnier

Le panoptique théorisé par Jeremy Bentham
Le panoptique théorisé par Jeremy Bentham - The works of Jeremy Bentham
Le panoptique théorisé par Jeremy Bentham - The works of Jeremy Bentham
Le panoptique théorisé par Jeremy Bentham - The works of Jeremy Bentham
Publicité

Alors que syndicats et ministère de la justice peinent à trouver un accord pour faire cesser la grève des surveillants de prisons, ce mouvement inédit pousse à s'interroger sur les méthodes d'encadrement, de financement et sur la conception même des prisons françaises.

Alors que le blocage des prisons pourrait prendre fin, suite à l’accord trouvé entre le Ministère de la justice et le syndicat majoritaire, Ufap-Unsa, cette crise reflète un mal plus profond, lié au manque systémique de moyens accordés aux prisons françaises.

Pour résoudre une question aussi complexe, des architectes se sont penchés sur la conception architecturale de prisons, avec pour ambition d’en faire des lieux démocratique, par et dans l’espace. Pour cela la prison est assimilée à une ville, qui doit offrir “un cadre de vie et de travail agréable” aux détenus. L’agencement spatial sert à inciter les détenus à se comporter comme des “citoyens-usagers” de la prison.

Publicité

Mais même dans un tel système, la logique institutionnelle de séparation des individus opère et poursuit des objectifs de contrôle. On pense ici à la critique de Foucault qui dénonçait non pas le dispositif carcéral lui-même, mais l’illusion de normalisation, qui tentait de faire passer les méthodes carcérales, pour des phénomènes naturels et acceptables par nos sociétés….

L'équipe