Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture.
Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture.
Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. ©AFP - FANATIC STUDIO / SCIENCE PHOTO L / FST / Science Photo Library
Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. ©AFP - FANATIC STUDIO / SCIENCE PHOTO L / FST / Science Photo Library
Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. ©AFP - FANATIC STUDIO / SCIENCE PHOTO L / FST / Science Photo Library
Publicité
Résumé

Depuis 20 ans, les pouvoirs publics tentent (en vain) de renforcer le cadre réglementaire du marché de l'eau. Un récent rapport de la Cour des Comptes pointe du doigt le contrat de 20 millions d'euros passé entre le Syndicat des eaux d'Ile-de-France et Veolia...

En savoir plus

<strong>L'histoire</strong>

Il y a sept ans, après une enquête de l’UFC Que Choisir, les magistrats de la chambre régionale des comptes pointaient déjà du doigt le juteux contrat passé par le syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif), avec Veolia pour l’assainissement et la distribution d’eau. Après le rapport des Sages de la rue Cambon, le Sedif avait promis de clarifier ses comptes. Mais les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent...

Références

L'équipe

Cédric Fuentes
Collaboration