.
. ©Getty - picture alliance
. ©Getty - picture alliance
. ©Getty - picture alliance
Publicité

Le célèbre homme d'affaire Elon Musk est entré dans le capital de Twitter et entend apporter des modifications au fonctionnement de la plateforme.

Elon Musk devient actionnaire majoritaire de la plateforme Twitter

On commence ce journal de la semaine par l’offensive d’Elon Musk sur Twitter, l’homme d’affaire vient de prendre 9% en bourse du réseau social, 9% pour la somme de 2,9 milliards de dollars, un investissement qui fait de lui le premier actionnaire de l’influente plateforme.

Une prise de contrôle qui intervient après des critiques formulé par Elon Musk lui-même sur le non respect de la liberté d’expression par Twitter. Stratégie classique pour Musk, dans un premier temps dénigrer le service et dans un second temps, tenter de s’en emparer pour incarner la figure du sauveur.

Publicité

Le voilà donc entré au conseil d’administration et on apprend dans la foulée une nouvelle mesure, souhaitée de longue date par Musk, la possibilité de modifier un tweet après publication. Une fonctionnalité actuellement en test, curieux hasard. Jusque là Twitter se refusait à toute modification d’un tweet par peur des manipulations, voilà pourquoi nombreux sont les twittos qui se mordaient les pouces d’avoir laisser passer une faute d’orthographe…Des manipulations qui pourraient advenir si par exemple, l’émetteur d’un tweet changeait son sens une fois celui-ci abondamment relayé. Cette fonctionnalité devrait donc être limitée dans le temps (quelques minutes seulement) et signalée à toutes et tous. Mais au delà ce changement d’usage, ce qui inquiète c’est qu’une personnalité aussi instable et surtout aux intérêts financiers multiples puisse s’emparer d’un réseau majeur dans la conversation mondiale. C’est peut être à cet endroit que l’on peut craindre pour la liberté d’expression : si l’oiseau bleu peut être mis en cage par un propriétaire aussi fantasque qu’Elon Musk.

Mark Zuckerberg surnommé "Sauron" par ses employés

.
.
© Getty - Samantha Burkardt

On poursuit notre tour des gros poissons - voire requins - de la Silicon Valley avec Mark Zuckerberg qui avoue au micro d’un podcast que ses employés le surnomme, « sauron » du nom d’un des grands méchants du « seigneur des anneaux », symbolisé par un œil de feu capable de traquer tous ceux qui tentent de s’interposer… Pas franchement flatteur mais Zuck y voit plutôt ici une marque d’affection de ses troupes qui cherchaient à louer sa « capacité d’attention ». Chacun voit donc midi à sa porte, et les utilisateurs du réseau pourraient bientôt voir débarquer la « Zuck Bucks », nom provisoire, il s’agit d’un projet de monnaie virtuelle, et une nouvelle tentative de créer sa propre monnaie après l’échec de « Diem » qui devait être le crypto-actif de Facebook. Ici Zuckerberg ne compte plus se baser sur la technologie Blockchain mais imagine des jetons contrôlés et centralisés par la plateforme.  Une monnaie qui ne circulerait que dans l’univers Meta… Pile ce qui faut pour sauver la Face de Zuck !

Snapchat annonce travailler sur des lunettes augmentées

.
.
© Getty - picture alliance

On termine avec un autre réseau social connu pour ses filtres et ses messages éphémères, Snapchat qui annonce travailler sur « spectacles » une paire de lunette de réalité augmentée, voilà donc un acteur de plus sur ce marché des lunettes connectés qui promettent de révolutionner notre manière de voir l’avenir. Beaucoup, comme les google glass, se sont déjà cassés les dents sur cette éternelle innovation…qui finira sans doute par arriver tant l’avenir s’annonce immersif…

En tout cas l’avenir proche ce sont les élections et Snapchat vient de signer un partenariat avec le gouvernement français pour inciter le jeunes à aller voter. Un filtre avec une urne virtuelle va voir le jour et des influenceurs vont être mobilisés pour sensibiliser les 24 millions d’utilisateurs du réseau à se déplacer pour lutter contre un risque d’abstention record qui n’a rien de virtuel. Snapchat allié du devoir civique, vous êtes bien dans le meilleur des mondes.