Géolocalisation : combien se vendent nos trajets ?
Géolocalisation : combien se vendent nos trajets ?
Géolocalisation : combien se vendent nos trajets ? ©Getty - Witthaya Prasongsin
Géolocalisation : combien se vendent nos trajets ? ©Getty - Witthaya Prasongsin
Géolocalisation : combien se vendent nos trajets ? ©Getty - Witthaya Prasongsin
Publicité
Résumé

Troisième temps d'une semaine consacrée aux nouveaux territoires de la carte. Avec Vincent Roca, chercheur à l'Institut National de Recherche dédié aux sciences du numérique, la carte est l'occasion de questionner la géolocalisation et la commercialisation des cartes de nos déplacements quotidiens.

avec :

Vincent Roca (chargé de Recherche à l’INRIA).

En savoir plus

Au moment d'installer une application sur votre téléphone portable, on vous demande si vous autorisez la géolocalisation, ce que vous pouvez parfois refuser. Lorsque vous utilisez un système d'orientation embarqué, cette localisation va de soi. Mais il n’est pas besoin de disposer d’un téléphone pour être géolocalisé : un abonnement aux réseaux de transports en commun fonctionnant par puce, dans certaines villes, enregistre vos points de déplacements, et peuvent éventuellement en faire une carte. Ces données sont très utiles, dans ce dernier cas, pour par exemple réguler le trafic. Mais ces données sont aussi très précieuses en terme de marketing lorsqu’elles sont par exemple croisées avec des informations de consommation. Quels sont les enjeux de la géolocalisation ? Enjeux juridiques, enjeux techniques, enjeux sociétaux : qu'est-ce que le trace numérique nous dit ? Pour répondre à ces questions, Marie Richeux s'entretient avec Vincent Roca, chercheur à l'INRIA.

L'invité

  • Vincent Roca, chercheur rattaché à l'Institut National de Recherche dédié aux sciences du numérique, l'INRIA.
Vincent Roca
Vincent Roca

Le reportage de Sophie Bober

Portraits croisés sur l'usage de la géolocalisation et sur l'utilisation des données. Etre géolocalisable, qu'en pensent Olivier, Julien et Isabelle ?

Publicité

reportage de Sophie Bober

2 min

Au Singulier

Si nous visualisons nos vies et nos parcours comme de grands atlas, alors certains points y clignotent plus fort que d’autres. L'artiste plasticienne Katincka Bock se prête à l'exercice et évoque ce qu’elle a appris à Berlin, au tournant des années 2000, dans une école d’art qui n'attribuait pas d’ateliers à ses étudiants, et les encourageait à travailler partout.

Programmation musicale :

  • Faada Freddy, Reality cuts me like a knife
  • Eating Snow, Siamese Twins By Choice
  • Frank Zappa, Pink Napkins
Références

L'équipe

marie Richeux
marie Richeux
Marie Richeux
Production
Inès Dupeyron
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Alice Ramond
Collaboration