L’écriture du pire : épisode 2/5 du podcast Faits divers

llustration de couverture pour le roman "Recherche pour meurtre" de Frank Harding (Leo Malet) (1909-1996), édition Georges Ventillard, 1948, Paris. collection Selva
llustration de couverture pour le roman "Recherche pour meurtre" de Frank Harding (Leo Malet) (1909-1996), édition Georges Ventillard, 1948, Paris. collection Selva  ©AFP - ©Selva/Leemage
llustration de couverture pour le roman "Recherche pour meurtre" de Frank Harding (Leo Malet) (1909-1996), édition Georges Ventillard, 1948, Paris. collection Selva ©AFP - ©Selva/Leemage
llustration de couverture pour le roman "Recherche pour meurtre" de Frank Harding (Leo Malet) (1909-1996), édition Georges Ventillard, 1948, Paris. collection Selva ©AFP - ©Selva/Leemage
Publicité

Deuxième arrêt sur l'image du réel, à travers le fait divers. Aujourd'hui, la littérature questionne la façon dont la langue très figée du fait divers peut être ressaisie, reproduite, imitée, parodiée, transformée, ou "littérarisée" dans le roman. Nous nous appuierons sur de récents exemples.

Avec
  • Emilie Brière docteure en littérature (CRIST), co-tutelle (Montréal / Lille III)
  • Laetitia Gonon Maîtresse de Conférences en langue et stylistique françaises à l’Université Rouen Normandie

Avec Laetitia Gonon maître de conférences en littérature à l’Université de Grenoble, auteur d'une thèse sur le fait divers criminel dans la presse quotidienne française du XIXe siècle ; et Emilie Brière, auteur d'une thèse en littérature contemporaine au CRIST (Centre de Recherche Interuniversitaire en Sociocritique des Textes). Toutes deux préparent actuellement avec d'autres chercheurs un numéro de la revue Recherches et travaux sur le fait divers dans la fiction contemporaine, co-dirigé par Laetitia Gonon et Pascale Roux.

Programmation musicale :

Publicité
  • Colleen, I was deppe in a dream and I didn't knwo it

L'équipe