France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Nous ouvrons cette semaine à l'indépendance. Indépendance politique mais aussi musicale, amoureuse, sexuelle, féminine et littéraire grâce à Sylvain Prudhomme qui publie Les Grands chez Gallimard.

Sylvain Prudhomme
Sylvain Prudhomme
© Radio France - Claire Mayot

Premier moment d’une semaine au cœur de laquelle se tient l’indépendance. Notre première façon de l’aborder est à la fois politique, car nous évoquons aujourd’hui l’indépendance de la Guinée Bissau, mais aussi musicale, amoureuse, sexuelle, féminine et littéraire puisque nous le ferons à travers le roman Les Grands. Il y a manière et manière d’écrire une chanson. Et manière et manière de la jouer sur scène. On peut par exemple la rallonger, l’étirer beaucoup, l’élargir comme on élargit le tissu d’une robe quand, prises par le désir, des mains s’y glissent à tout rompre. Alors la langue et les accords font de la place dans la chanson, pour l’équivoque du sens, pour les souvenirs, pour l’abandon au rythme. A l’espace, à la température, au mouvement. Peut-être ce livre est une chanson jouée sur scène comme ça et dont le climax serait un écran de télévision seul survivant dans la nuit chaude et noire, pour la lumière duquel travaillent toutes les électricités. Sur cet écran, Dulce, chanteuse du groupe guinéen Super Mama Djombo. Elle meurt le jour où se prépare un coup d’état. Le groupe joue le soir même.

Publicité

Les grands du Super Mama Djombo dont la jeunesse et la gloire appartiennent à la fin des années 70, dans une Guinée Bissau fraîchement indépendante, mais qui sont absolument vivants en cette journée du vingt et unième siècle. En témoignent leurs souvenirs égrainés dans un seul et même tourbillon sans date, mais aussi où surtout leur possibilité d’être aimé par des femmes toutes plus indépendantes les unes que les autres.

**Notre invité, Sylvain Prudhomme publie Les grands dans la collection L'arbalète chez Gallimard. **

Vers 16h45, Les nouvelles vagues passent au singulier, et demandent chaque jour à quelqu’un de nous décrire une émotion fondamentale. L’expérience d’une œuvre, d’un texte, d’une rencontre qui fait prendre, silencieusement ou très manifestement, un virage. La chercheuse **Frédérique Leichter Flack ** se prête à l’exercice cette semaine. Aujourd’hui, elle évoque sa découverte de la mise en scène, par Lev Dodine, du texte Vie et Destin de Vassili Grossman. Lettre déchirante et incarnation vers 16h45.

**Programmation musicale: **

-FKA Twigs, "Numbers"

-Super Mama Djombo, "Assalariado"

-Super mama djombo, "Dissan na mbera"