Membres de la troupe moderne d'Anna Halprin dans les collines de Stinson Beach, en Californie, aux Etats-Unis (1955)
Membres de la troupe moderne d'Anna Halprin dans les collines de Stinson Beach, en Californie, aux Etats-Unis (1955)
Membres de la troupe moderne d'Anna Halprin dans les collines de Stinson Beach, en Californie, aux Etats-Unis (1955) ©Getty - Ted Streshinsky Photographic Archive
Membres de la troupe moderne d'Anna Halprin dans les collines de Stinson Beach, en Californie, aux Etats-Unis (1955) ©Getty - Ted Streshinsky Photographic Archive
Membres de la troupe moderne d'Anna Halprin dans les collines de Stinson Beach, en Californie, aux Etats-Unis (1955) ©Getty - Ted Streshinsky Photographic Archive
Publicité
Résumé

Raconter cette aventurière de la danse postmoderne, dès les années 1950 à San Francisco : suivant le sillon de la danse libre, Anna Halprin a sondé la continuité entre la danse et les gestes du quotidien, pour un espace de liberté dont elle témoignait dans cette émission de 2005.

avec :

La Monte Young (Compositeur américain né le 14 octobre 1935 (courant de ma musique minimaliste)), Terry Riley (Compositeur américain (1935 à Colfax en Californie) ), Anna Szmuc (Chargée de réalisation), Anna Halprin (chorégraphe américaine).

En savoir plus

Dans cette émission Surpris par la nuit de 2005, Anna Halprin revenait sur sa longue histoire de danseuse et de chorégraphe. Car depuis l'année 1920 qui la voit naître, elle s'applique à casser les rôles et les codes convenus de la danse, participant à la conception de formes nouvelles. La danse a toujours fait partie de sa vie, et elle la conçoit dès les origines comme un moyen d'expression libéré, proche de la vision de son contemporain et ami Merce Cunningham. 

La danse a toujours fait partie de ma vie. Être présent à un moment donné, en pleine et pure conscience. Être constamment stimulée par les musiciens, les acteurs et les peintres, c'était une période formidable, durant laquelle de nombreuses cloisons ont été abattues. (Anna Halprin)

Publicité

Mais là où Cunningham favorise le hasard tout en conservant l'esthétique du ballet, Anna Halprin lui préfère l'idée de gestes quotidiens, simples et intégrés à la chorégraphie. Elle reprendra donc à son compte des actions effectuées tous les jours sans y prendre en garde : se vêtir, se dévêtir, manger...

C'est bien le réel dans son plus simple appareil qui l'intéresse pour imaginer des mouvements dansés. Puisque ce qui constitue la vie courante, dans tout ce qu'elle peut représenter de répétitif et d'anodin, est déjà bien assez riche pour son inspiration, sans qu'elle ne ressente le besoin d'y ajouter des gestes factices. 

L'académisme n'est pas chose aisée pour moi. (Anna Halprin)

  • Surpris par la nuit, par Jacqueline Caux
  • Avec Anna Halprin, La Monte Young et Terry Riley
  • Réalisation Anna Szmuc
  • 1ère diffusion : 30/03/2005
Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée