Gros plan sur la Tour TF1 à Boulogne Billancourt, immeuble construit sur les plans de l'architecte Roger Saubot.  ©Radio France - Frédéric Wittner
Gros plan sur la Tour TF1 à Boulogne Billancourt, immeuble construit sur les plans de l'architecte Roger Saubot. ©Radio France - Frédéric Wittner
Gros plan sur la Tour TF1 à Boulogne Billancourt, immeuble construit sur les plans de l'architecte Roger Saubot. ©Radio France - Frédéric Wittner
Publicité
Résumé

Bernard Noël était l'invité de l'émission "Du jour au lendemain" en juin 1997. Il venait de publier "La castration mentale", un recueil de textes qui trouvait son origine dans "Les États Généraux de la Culture", mouvement lancé en 1987 pour répondre à la marchandisation de la culture.

En savoir plus

En 1997, Bernard Noël était l'invité "Du jour au lendemain_"_.

L'auteur du Château de Cène faisait paraître alors La castration mentale. Ce recueil de textes trouvait son origine dans Les États Généraux de la Culture, mouvement lancé en 1987 pour répondre à la marchandisation de la culture.

Publicité

Au micro d'Alain Veinstein, Bernard Noël revenait sur un concept qu'il avait créé dans L'outrage des mots au milieu des années soixante-dix : "SENS…URE".

"Sens….ure"… sans le C de la Censure des dictatures mais avec le S du spectacle, le S de sens et non-sens. Tout en douceur, Bernard Noël décrivait comment, selon lui, opère en démocratie libérale le "cause toujours" d'un système destructeur de pensée qui n'a jamais plus besoin de dire "tais-toi". Un véritable système de la non-pensée dans lequel la culture n'est qu'un produit à consommer comme un autre, emporté dans un mouvement spectaculaire qui n'est plus que pur mouvement insensé pénétrant les esprits et tuant dans l'œuf toute pensée au lieu même de sa naissance. Système parfait, infaillible, dans lequel toute révolte semble impossible ou vaine.

En écoutant Bernard Noël en 97 on ne peut que repenser à la formule "temps de cerveau humain disponible" employée quelques années plus tard par le dirigeant d'une grande chaîne de télévision… On se souviendra que Les États Généraux de la Culture étaient aussi, en leur temps, une réponse à  la privatisation de cette même chaîne.

Au début des Etats Généraux de la  Culture il y avait un mouvement extraordinairement fort, qui ensuite, s'est un peu tassé, car je ne crois pas qu'un mouvement semblable puisse continuer sans produire quelque chose. Si on ne produit que des discours et des meetings cela a une efficacité relative. Mon rêve aurait été que les "Etats Généraux de la Culture" deviennent un centre de réflexion doublé d'un maison d'édition, d'une maison de production, évidemment c'était plus compliqué à gérer. Tout a commencé avec le projet de privatisation de TF1 : le combat était précis et pressé.

  • Production : Alain Veinstein
  • Réalisation : Bruno Sourcis
  • Du jour au lendemain - Bernard Noël - 1ère diffusion : 11/06/1997
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée