Temple d'Angkor Vat (1ere moitié du XIIe siècle)
Temple d'Angkor Vat (1ere moitié du XIIe siècle)
Temple d'Angkor Vat (1ere moitié du XIIe siècle) ©Radio France - Catherine Donné
Temple d'Angkor Vat (1ere moitié du XIIe siècle) ©Radio France - Catherine Donné
Temple d'Angkor Vat (1ere moitié du XIIe siècle) ©Radio France - Catherine Donné
Publicité
Résumé

Pays lointain et mystérieux, le Cambodge suscitait en 1961 une grande curiosité en Europe. Bernard-Philippe Groslier, répond aux questions souvent naïves à propos de la vie quotidienne et les traditions des Cambodgiens. Il décrit les conditions de restauration du site majestueux d'Angkor.

En savoir plus

Bernard-Philippe Groslier, né au Cambodge, était le directeur des recherches archéologiques de l’école française d’Extrême-Orient et conservateur du site d'Angkor, proche de la ville de Siem Reap, en 1961 :

Notre grand problème ce sont les maladies de la pierre, les attaques provoquées par les mousses, par les lichens et surtout par des combinaisons chimiques très complexes dues à l’eau de pluie et aux microbes. Les pluies sont chargées en acide. C’est le climat notre principal souci.

Publicité

La ville de Phnom Penh est fondée en 1434, pour fuir les invasions d’Angkor par les Siamois. Bernard Philippe Grosler raconte la légende de l’origine du nom de la capitale actuelle du Cambodge

La légende veut que cette bonne dame Penh ait trouvé un jour un tronc d’arbre qui flottait sur le Mékong, qui contenait une statue de Bouddha, ce qui était évidemment un miracle. Elle a réuni toutes les dames des alentours. Ces dames très courageuses ont porté avec des petits paniers du sable pour élever une colline, au sommet de laquelle on a construit une pagode où fut abrité la statuer du Bouddha. Cette colline existe toujours.

A propos des temples d'Angkor, envahis par les arbres, les lianes :

Nous nous sommes rendus compte que la seule façon de conserver les monuments étaient de les reconstruire complètement Nous les reconstruisons avec un grand luxe de sécurité.

Bernard-Philippe Groslier est admiratif non seulement de la beauté de toutes les statues et bas-reliefs qui ornent les temples mais tout autant de "la qualité du décor le plus modeste, du plus petit détail qui est traité avec autant de soin et de goût que les grandes œuvres."

  • La restauration des temples d’Angkor (1ère diffusion : 17/11/1961) Par la Radio Télévision Française - Avec Bernard-Philippe Groslier (directeur des recherches archéologiques de l'école française d'Extrême-Orient, conservateur d'Angkor)
  • Indexation web :Véronique Vecten, Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée