Manifestation du MLF le 6 mars 1982 à Paris. Cette manifestation et des Etats Généraux, à la Sorbonne, contre la mysoginie sont organisés dans le cadre de la Journée internationale des Femmes du 8 mars.
 Manifestation du MLF le 6 mars 1982 à Paris. Cette manifestation et des Etats Généraux, à la Sorbonne, contre la mysoginie sont organisés dans le cadre de la Journée internationale des Femmes du 8 mars. ©AFP - Dominique Faget
Manifestation du MLF le 6 mars 1982 à Paris. Cette manifestation et des Etats Généraux, à la Sorbonne, contre la mysoginie sont organisés dans le cadre de la Journée internationale des Femmes du 8 mars. ©AFP - Dominique Faget
Manifestation du MLF le 6 mars 1982 à Paris. Cette manifestation et des Etats Généraux, à la Sorbonne, contre la mysoginie sont organisés dans le cadre de la Journée internationale des Femmes du 8 mars. ©AFP - Dominique Faget
Publicité

Le MLF est né il y a un tout petit peu plus de cinquante ans. Comment raconter un mouvement qui fut infiniment divers, riche, pluriel et aussi joyeux ? L’historienne Bibia Pavard clôt cette nuit d’archives en rappelant l’importance des chansons et de la créativité dans le mouvement féministe.

Avec
  • Bibia Pavard Maîtresse de conférence à l’université Paris II Panthéon-Assas.

Bibia Pavard, co-auteure de Ne nous libérez pas, on s'en charge, Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours (La Découverte, 2020) évoque la créativité des chansons, véritables instruments politiques, présentes dans toutes les mobilisations féministes durant les années 70 :

Beaucoup de chansons furent reprises ou détournées par le MLF. Il y eut aussi des créations de chansons nouvelles dans lesquelles on voit la force de la créativité littéraire du mouvement. 

Publicité

Elle évoque les travaux de la chercheuse Audrey Lasserre sur ce point, qui montre que "le MLF est le dernier mouvement d'avant-garde littéraire du XXème siècle".

Il y a une très forte recherche sur les mots, le langage, qui vise à transformer la société. Il y a aussi beaucoup d'humour, d’émotion, de pathos dans ces chansons. Cela permet de faire mouvement, de faire corps dans les manifestations et les groupes de parole. La musique sert aussi de fil conducteur à la construction de l'identité politique du Mouvement de Libération des Femmes. 

L'entretien se termine avec une chanson interprétée par Marie-Jo Bonnet, La Complainte, dont les paroles et la musique avaient été écrites par une autre figure du Mouvement : l'écrivaine Christiane Rochefort.

Quelques chansons du MLF sont à écouter sur ce blog.

  • Par Mathilde Wagman 
  • Réalisation Virginie Mourthé
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour 
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • La Nuit des féminismes 2/2 : Voix du MLF - Entretien 3/3 avec Bibia Pavard (1ère diffusion : 14/02/2021)

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée