La Locandiera, 1981, avec Jean-Luc Boutté et Catherine Hiegel , mise en scène Jacques Lassalle, La Comédie-Française.
La Locandiera, 1981, avec Jean-Luc Boutté et Catherine Hiegel , mise en scène Jacques Lassalle, La Comédie-Française.
La Locandiera, 1981, avec Jean-Luc Boutté et Catherine Hiegel , mise en scène Jacques Lassalle, La Comédie-Française. - Photo de Angelini, La Comédie-Française, 1981
La Locandiera, 1981, avec Jean-Luc Boutté et Catherine Hiegel , mise en scène Jacques Lassalle, La Comédie-Française. - Photo de Angelini, La Comédie-Française, 1981
La Locandiera, 1981, avec Jean-Luc Boutté et Catherine Hiegel , mise en scène Jacques Lassalle, La Comédie-Française. - Photo de Angelini, La Comédie-Française, 1981
Publicité
Résumé

Deuxième entretien de Catherine Hiegel, pour sa "Nuit rêvée", la comédienne a choisi des archives d'Yvonne Printemps, de Jean-Paul Roussillon, Giorgio Strehler, ou encore Patrice Chéreau, Robert Badinter et Simone Veil...

avec :

Catherine Hiegel (comédienne et metteuse en scène).

En savoir plus

Ces dernières années, Catherine Hiegel a beaucoup joué des mères : elle fut La _Mère_imaginée par Florian Zeller, celle du Fils de Jon Fosse, Votre Maman dans la pièce de Jean-Claude Grumberg, ou encore la marâtre d’Un air de famille… C’est à son père toutefois qu’elle a choisi de dédier sa Nuit rêvée, car, comme elle le dit joliment : « Pour moi, la radio, c’est Papa ». Papa, alias Pierre Hiegel, animateur qui fit les grandes heures de Radio Luxembourg et fut aussi le directeur artistique des disques Pathé Marconi. Lui qui aurait voulu être comédien, et obligea sa fille à arrêter le lycée pour qu’elle commence suffisamment tôt sa carrière sur les planches. « Je l’ai vengé ! », dit-elle. Elle a choisi d’entendre des voix que tous deux chérissaient : celle du chanteur d’opéra Fiodor Chaliapine, celle de la « diva de l’opérette » Yvonne Printemps, ou encore celle de la comédienne Berthe Bovy. On évoquera aussi le souvenir de ces metteurs en scène grâce auxquels ce désir de jouer devint pleinement le sien - Jean-Paul Roussillon, Giorgio Strehler, Patrice Chéreau - et celui de sa marraine de théâtre, Denise Gence. Enfin, Catherine Hiegel a voulu inscrire dans sa nuit l’évocation de deux discours prononcés devant l’Assemblée Nationale, qu’elle suivit en direct : celui de Simone Veil pour défendre la dépénalisation de l’avortement ; et celui de Robert Badinter plaidant pour l’abolition de la peine de mort. Sur Carlo Goldoni elle explique : 

Moi, en tant que soubrette, comment ne pouvais-je pas affectionner Goldoni ? Goldoni qui, je crois, était amoureux de la comédienne qui jouait la soubrette a fait basculer l'ordre des rôles. Avant c'était  la jeune première puis la soubrette, et lui il a mis d'abord la soubrette et la jeune première en-dessous. Il a écrit des rôles pour les servantes absolument extraordinaires. Que ce soit 'La Locandiera', que ce soit 'La Serva amorosa'. Ce sont des personnages d'ombre et de lumière, ce sont de vrais grands personnages. 

Publicité

Ecouter la première partie de l’entretien, la dernière.

  • Production : Mathilde Wagman
  • Réalisation : Virginie Mourthé 
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour 
  • Indexation web : Documentation Sonore de Radio France
Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée