Clémentine Mélois : "Il y a de plus en plus de femmes à l’Oulipo, et à l’avenir je pense qu’il y aura autant de femmes que d’hommes cooptées." : épisode 11/11 du podcast Nuit de l’Oulipo 1/2

Clémentine Mélois à neuf ans, au milieu des 365 livres envoyés par Gallimard après qu’elle a remporté un concours d’écriture (comme elle le raconte dans "Dehors, la tempête", éd. Grasset)
Clémentine Mélois à neuf ans, au milieu des 365 livres envoyés par Gallimard après qu’elle a remporté un concours d’écriture (comme elle le raconte dans "Dehors, la tempête", éd. Grasset)  - Michèle Mélois
Clémentine Mélois à neuf ans, au milieu des 365 livres envoyés par Gallimard après qu’elle a remporté un concours d’écriture (comme elle le raconte dans "Dehors, la tempête", éd. Grasset) - Michèle Mélois
Clémentine Mélois à neuf ans, au milieu des 365 livres envoyés par Gallimard après qu’elle a remporté un concours d’écriture (comme elle le raconte dans "Dehors, la tempête", éd. Grasset) - Michèle Mélois
Publicité

Dans ce bref entretien concluant la première "Nuit de l’Oulipo", Clémentine Mélois, la plus récente recrue de l'Ouvroir, explique la présence limitée des femmes dans le groupe, crée en 1960.

Avec

Ecrivaine et plasticienne, Clémentine Mélois, oulipienne depuis 2017, partage avec ses pairs, hommes ou femmes, son goût pour la structure, les contraintes littéraires et le jeu. 

Pour être coopté à l’Oulipo, il ne s’agit pas simplement d’être écrivain, ou écrivain et mathématicien, écrivain et plasticien. Il s’agit à la fois d’écrire et d’avoir ce goût pour la structure, la contrainte, le jeu…

Publicité

Elle explique les raisons pour lesquelles il y a encore relativement peu de femmes au sein du groupe. 

Je considère que le fait d’être une femme est aussi constitutif de ma personne que mon origine sociale, le fait que je sois plutôt campagnarde que citadine, que j’aie grandi dans une famille d’artistes et non une famille de fonctionnaires. Ce n'est pas un détail, mais c’est un des éléments qui me constituent. Je trouve que l’on perd beaucoup de temps à parler du fait que l’on est une femme, quand on est une femme écrivain. 

Il se trouve qu’il y a peu de femmes à l’Oulipo parce que le groupe a été créé en 1960 et qu’à l’époque il y avait hélas très peu de femmes écrivains. Mais il y a de plus en plus de femmes au sein du groupe, et à l'avenir je pense qu'il y aura autant de femmes que d'hommes cooptées. 

Prochaine séance des "jeudis de l'Oulipo" à la BNF : le 20 mai. Informations et inscriptions ici

  • Par Mathilde Wagman 
  • Réalisation : Virginie Mourthé
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour
  • Indexation web : Véronique Vecten, Documentation Sonore de Radio France
  • Nuit de l’Oulipo 1/2 - Entretien 3/3 avec Clémentine Mélois (1ère diffusion : 16/05/2021)

L'équipe