Détail de "La Loi", sculpture allégorique située au centre de la place du Palais Bourbon.
Détail de "La Loi", sculpture allégorique située au centre de la place du Palais Bourbon. ©Getty - Yann Guichaoua
Détail de "La Loi", sculpture allégorique située au centre de la place du Palais Bourbon. ©Getty - Yann Guichaoua
Détail de "La Loi", sculpture allégorique située au centre de la place du Palais Bourbon. ©Getty - Yann Guichaoua
Publicité

Dans ce "Concordance des temps", l'historien Michel Winock présente les éléments de la controverse autour de la question de la proportionnelle : les différents modes de scrutins possibles, les exemples historiques, les risques et les avantages pour la démocratie.

Avec
  • Michel Winock Historien, spécialiste de l’histoire de la République française et des mouvements intellectuels contemporains

Michel Winock est l'invité de "Concordance des temps" pour évoquer la question de la proportionnelle dans les élections législatives. D'emblée, il insiste sur le caractère originel du débat : "Dès l'instauration du vote et du suffrage universel, la question s'est posée : proportionnelle ou scrutin majoritaire d'arrondissement ? C'est une vraie question politique au centre de débats interminables puisque dès 1848 on se demande comment voter et que le choix d'un scrutin influe nécessairement sur le résultat."

L'expérience de la proportionnelle en 1986

Petit rappel historique plus près de nous : en 1986 pour la première fois dans l’histoire de la Vème République les élections législatives se déroulent suivant un mode de scrutin proportionnel. C’est une petite révolution qui perturbe quelque peu le jeu politique : la droite qui était donnée largement gagnante dans les enquêtes d’opinion après cinq ans de majorité socialiste emporte une victoire mais très courte face à une gauche qui résiste... Mais l’événement le plus spectaculaire est à chercher beaucoup plus à droite de l’hémicycle : avec 32 députés élus sous la bannière du Front national et trois apparentés, l’extrême-droite fait son retour au Palais Bourbon et elle est en mesure de former un groupe parlementaire pour la première fois depuis l’épisode poujadiste dans les années 1950.

Publicité

Un retour au bipartisme et le débat reste entier

Mais cette expérience du mode de scrutin proportionnel est de courte durée : la majorité de Jacques Chirac réinstitue immédiatement le scrutin majoritaire, plus conforme à l’esprit de la Cinquième République puisqu’il favorise les grands partis de gouvernement. Le débat pourtant n’en reste pas là et les années suivantes de nombreuses formations politiques réclament un retour du scrutin proportionnel, ou au moins d’une dose de proportionnelle dans la désignation des députés.

Si ce débat demeure c’est qu’il existe en réalité depuis les débuts de la République en France. Comment doit-on désigner les élus de la nation ? L’Assemblée doit-elle représenter fidèlement le corps social avec un scrutin proportionnel ou assurer au pays une majorité stable de gouvernement ?

Relevant les nombreux défauts de représentativité de notre scrutin, l'historien Michel Winock co-auteur d'un rapport sur l'avenir des institutions en 2015, conclut : "Il est certain qu'aujourd'hui le scrutin est non seulement injuste mais aussi dangereux en un sens puisqu'il alimente la revendication, la protestation, la manifestation. Il alimente la demande de représentation plus équitable."

  • Par Jean-Noël Jeanneney
  • Avec Michel Winock
  • Réalisation Yaël Mandelbaum
  • Concordance des temps - La proportionnelle entre heurts et malheurs (1ère diffusion : 27/03/2021)
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe

Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production
Mathias Le Gargasson
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Antoine Dhulster
Production déléguée
Anne de Biran
Anne de Biran
Anne de Biran
Collaboration