Parinirvana, dans le bouddhisme désigne la fin de l'existence physique. Peinture (18ème siècle) sur les rites funéraires bouddhistes au Tibet.
Parinirvana, dans le bouddhisme désigne la fin de l'existence physique. Peinture (18ème siècle) sur les rites funéraires bouddhistes au Tibet. ©Getty - De Agostini
Parinirvana, dans le bouddhisme désigne la fin de l'existence physique. Peinture (18ème siècle) sur les rites funéraires bouddhistes au Tibet. ©Getty - De Agostini
Parinirvana, dans le bouddhisme désigne la fin de l'existence physique. Peinture (18ème siècle) sur les rites funéraires bouddhistes au Tibet. ©Getty - De Agostini
Publicité

En 1961, ce numéro de "Connaissance de l'homme" propose de découvrir les rites funéraires tibétains et plus largement la conception de la vie et de la mort dans la religion tibétaine, avec la poétesse Makhali Phal et des lectures d'extraits du célèbre "Bardo Thödol", le livre tibétain des morts.

La question du devenir des âmes est centrale dans le bouddhisme tibétain. Selon cette école spirituelle, les morts et les renaissances successives forment un cycle qui doit s’interrompre à terme, lorsque l’âme purifiée de ses affects et ses attaches, parvient à un état de libération, de délivrance, le nirvana. Mais avant cet hypothétique dénouement c’est la loi des incarnations successives qui s’impose. Les grands textes de la culture tibétaine offrent d’innombrables variations sur ce thème central. Cette émission avec la poétesse Makhali Phal permet d'entendre des lectures de quelques-uns de ces textes, dont le célèbre Bardo Thödol, le livre tibétain des morts.

  • Par Radiodiffusion Télévision Française (RTF)
  • Avec Makhali Phal (poétesse)
  • Connaissance de l’homme - Variations sur la vie et la mort dans la religion tibétaine (1ère diffusion : 14/06/1961 France III Nationale)
  • Édition web : Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

Retrouvez l'ensemble de la  Nuit des morts, voyage des âmes

Publicité

L'équipe