Le compagnon de la Libération Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin, le 17 juin 2014 à Paris, France.  ©Getty - Photo by Jean-Luc PETIT/Gamma-Rapho via Getty Images
Le compagnon de la Libération Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin, le 17 juin 2014 à Paris, France. ©Getty - Photo by Jean-Luc PETIT/Gamma-Rapho via Getty Images
Le compagnon de la Libération Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin, le 17 juin 2014 à Paris, France. ©Getty - Photo by Jean-Luc PETIT/Gamma-Rapho via Getty Images
Publicité
Résumé

Alors qu’en ce début d’été 2021, parait chez Gallimard, le récit posthume des mémoires de Daniel Cordier, disparu en novembre 2020, ("La Victoire en pleurant Alias Caracalla 1943-1946"), nous vous proposons de retrouver Daniel Cordier dans sa "Nuit rêvée" de juillet 2013.

avec :

Daniel Cordier (secrétaire de Jean Moulin pendant la Seconde Guerre mondiale, historien, collectionneur d'art, galeriste et mécène).

En savoir plus

Au cours de ce second entretien, Daniel Cordier égrène quelques-uns de ses souvenirs marquants, comme sa rencontre avec Laure Moulin, la sœur de Jean Moulin, lors du transfert des cendres de ce dernier au Panthéon en 1964:   "Je ne peux jamais raconter cette histoire, sans avoir les larmes aux yeux".

Puis évoquant son action dans la Résistance, le marché noir à Paris et son travail "administratif" auprès de Jean Moulin, le vieil homme qui s’était promis de ne plus jamais parler de la guerre, soudainement déclare : " Je me suis battu pour la liberté. Si c’était à refaire, je partirais encore à Londres pour me battre ".

Publicité

C’était la première fois depuis trente ans que je revoyais les gens de la Résistance. J’étais effrayé d’entendre dire que Jean Moulin était un agent communiste à la solde de Moscou. C’était inacceptable.

Fasciné par Marcel Proust, dont il a lu trois fois l’œuvre intégrale, admirateur de Jean-Sébastien Bach ou du peintre Bernard Requichot, Daniel Cordier raconte les circonstances dans lesquelles il a été amené à la fin des années 1970, quarante ans après la guerre, à entamer son travail d’historien pour défendre la mémoire de son "patron",  Jean Moulin, qui fut accusé de crypto-communisme par le résistant Henri Frenay.

J’ai lu toute l’œuvre de Proust, trois fois dans ma vie

  • Par Philippe Garbit 
  • Réalisation Virginie Mourthé
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour
  • Rédaction web : Sylvain Alzial, Documentation Sonore de Radio France
  • La Nuit rêvée de Daniel Cordier - Entretien 2/3 (1ère diffusion : 07/07/2013)
7 min
Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée