L'avocate Gisèle Halimi, et l'actrice Delphine Seyrig, 11 octobre 1972 à Bobigny, lors du procès de Marie-Claire Chevalier, poursuivie pour avoir avorté.
L'avocate Gisèle Halimi, et l'actrice Delphine Seyrig, 11 octobre 1972 à Bobigny, lors du procès de Marie-Claire Chevalier, poursuivie pour avoir avorté.
L'avocate Gisèle Halimi, et l'actrice Delphine Seyrig, 11 octobre 1972 à Bobigny, lors du procès de Marie-Claire Chevalier, poursuivie pour avoir avorté. ©AFP - Michel Ciment
L'avocate Gisèle Halimi, et l'actrice Delphine Seyrig, 11 octobre 1972 à Bobigny, lors du procès de Marie-Claire Chevalier, poursuivie pour avoir avorté. ©AFP - Michel Ciment
L'avocate Gisèle Halimi, et l'actrice Delphine Seyrig, 11 octobre 1972 à Bobigny, lors du procès de Marie-Claire Chevalier, poursuivie pour avoir avorté. ©AFP - Michel Ciment
Publicité
Résumé

"Variations sur la femme", par André Halimi, avec Delphine Seyrig et Monique Wittig, accompagnées de quatre autres militantes du MLF, expliquent la naissance et la vocation de ce mouvement protéiforme. Une émission diffusée pour la première fois sur France Culture le 6 mars 1972.

avec :

Antoinette Fouque, Monique Wittig, Christine Delphy (Sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS), Delphine Seyrig (Actrice).

En savoir plus

Elles étaient six, ce jour-là, au micro d’André Halimi, à être venues présenter le Mouvement de libération des femmes, le MLF dans cette émission curieusement intitulée "Variations sur la femme". 

M-L-F : un sigle en soi trompeur, comme le rappelait l’une d’elles, parce qu’il semblait tracer une frontière entre les femmes y adhérant et les autres, comme s’il s’agissait d’un parti. Or, précisément, le MLF n’était pas un parti, mais un mouvement, c’est-à-dire que les femmes, toutes les femmes, avaient vocation à le rejoindre. 

Publicité

Etaient donc présentes ce jour-là : la comédienne Delphine Seyrig, l’écrivain Monique Wittig, déjà connues alors, et quatre autres militantes désignées par un seul prénom. Cinquante ans plus tard, on reconnaît parmi elles les voix d’Antoinette Fouque, qui s’exprimait en premier, et de Christine Delphy

Delphine Seyrig revenait sur le problème du manque d'éducation sexuelle des femmes :

On peut dire que la majorité des femmes encore aujourd’hui ne savent pas comment elles sont faites, quelles sont les différentes parties de leur corps. Elles acceptent l’image qu’on leur donne de leur corps, qui est une image très floue, parce qu’on ne veut pas préciser les choses. Personne ne dit à une petite fille - ou à une jeune fille, ou même à une femme - qu’il existe dans son appareil sexuel une partie définie et précise qui est la partie qui consiste à procréer, et qu’il existe en elle anatomiquement une autre partie qui est exclusivement destinée à la jouissance physique.

Étaient également abordées au cours de l'émission la question du soit disant instinct maternel et du droit à l'avortement. Enfin, les militantes expliquaient pourquoi le principe de non-mixité, c'est-à-dire que les femmes puissent se réunir entre elles, sans hommes, était absolument essentiel au mouvement.

  • Par André Halimi 
  • Variations sur la femme, 1ère partie (1ère diffusion : 06/03/1972)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France 
Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée