Djamila Debèche, journaliste, féministe,essayiste et romancière algérienne (1926-2010)
Djamila Debèche, journaliste, féministe,essayiste et romancière algérienne (1926-2010)
 Djamila Debèche, journaliste, féministe,essayiste et romancière algérienne (1926-2010) - site : Mondes francophones
Djamila Debèche, journaliste, féministe,essayiste et romancière algérienne (1926-2010) - site : Mondes francophones
Djamila Debèche, journaliste, féministe,essayiste et romancière algérienne (1926-2010) - site : Mondes francophones
Publicité
Résumé

En décembre 1962, Djamila Débèche, écrivaine et journaliste, était reçue par Taos Amrouche. Elevée dans le Sahara, la militante féministe évoquait son goût pour la liberté et ses actions pour l'émancipation des femmes musulmanes.

avec :

Djamila Debèche (militante féministe, écrivaine, journaliste de radio et de presse écrite).

En savoir plus

Née en 1926 près de Sétif, Djamila Debèche anima à partir de 1942 des émissions sur Radio Alger pour sensibiliser et mobiliser les femmes algériennes sur les questions de la scolarisation des filles ou du mariage forcé. En 1947, la journaliste créait L’Action, une revue "sociale, féminine, artistique et littéraire" et faisait paraître son premier roman, Leïla, jeune fille d’Algérie, suivi huit ans plus tard par Aziza.

En décembre 1962, six mois après l'indépendance de l'Algérie, Marguerite Taos Amrouche la recevait dans son émission "L'étoile de chance". Admirative de son parcours, elle soulignait l'aisance de la militante qui lui paraissait réussir la "synthèse de l’Orient et de l’Occident" et formulait cette comparaison :

Publicité

C’est comme si je prenais un flacon de parfum d’une apparence très parisienne et que je découvrais une essence d’Orient à l’intérieur.

Djamila Debèche évoquait plusieurs chances de sa vie : celle d'avoir été élevée au Sahara par sa famille maternelle, le soutien psychologique de son tuteur et sa capacité d'adaptation. Ayant eu la chance de beaucoup voyager, elle disait : "Je ne me sens dépaysée nulle part".

Je ne suis pas une citadine. Je suis par mon ascendance paternelle des Hauts plateaux de Sétif et par mon ascendance maternelle rentre de plain-pied dans la famille saharienne. Je dois dire que la providence s’est manifestée dès ma naissance : (...) alors que tous attendaient un garçon, c’est une fille qui est arrivée. Cette fille que personne ne voulait voir dans ma famille paternelle a été adoptée par ma famille maternelle. J’ai donc été élevée par ma famille maternelle qui était toute acquise à l’évolution de la femme.

Un événement qui l'a révoltée et convaincue de "partir en croisade" pour prouver qu'une fille vaut bien un garçon :

L’évolution de la femme musulmane est une question qui a été la base de ma vie et qui a même dirigé toue ma vie. Cette vocation est née d’une révolte : le fait que j’ai été une fille et qu'en raison de cela, je n’ai pas été accueillie dans ma famille paternelle comme j’aurais dû l'être.

Personnalité oubliée de l’histoire algérienne, Djamila Debèche s'est éteinte en 2010 dans une indifférence hélas quasi totale.

  • Par Marguerite Taos Amrouche  
  • Réalisation Marcel Sicard
  • L’étoile de chance - Djamila Debèche (1ère diffusion : 05/12/1962 Chaîne Parisienne)
  • Indexation web : Véronique Vecten, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée