France Culture
France Culture
Publicité

"Les Femmes et le pouvoir avant l'invention de la loi salique" : les reines Clotilde, Brunehaut, Frédégonde et Bathilde sont ces "Dames du temps jadis", premier épisode avec Eliane Viennot de la série des "Chemins de la connaissance" en 2007 sur "Les Femmes et le pouvoir".

Auteure de La France, les femmes et le pouvoir, l'historienne Éliane Viennot était, en 2007, l'invitée du premier numéro d'une série des Chemins de la connaissance intitulée Les Femmes et le pouvoir.
Éliane Viennot venait alors de publier le premier volume (sur quatre) de La France, les femmes et le pouvoir. Sous le titre L'Invention de la loi salique, elle parcourait les onze siècles d'histoire allant de la fondation du royaume jusqu'à la prise du pouvoir par Henri IV. Elle y mettait notamment en lumière la place des femmes au pouvoir sous les dynasties mérovingiennes et carolingiennes avant qu'au tournant des 14ème et 15ème siècles ne soit exhumée, afin d'exclure les femmes de la succession royale, une très ancienne loi qui n'avait concerné jusque-là que le droit privé des successions.
Après avoir évoqué les temps, certes violents mais plus favorables, des reines Clotilde, Brunehaut, Frédégonde et Bathilde, Éliane Viennot revenait sur ce moment déterminant, selon elle, de ce que serait par la suite la représentation des femmes au pouvoir dans notre pays.
Jacques Munier :
On peut constater, aux époques mérovingienne et carolingienne, une véritable mixité dans les sphères du pouvoir, à commencer par le cas de la reine Clotilde, qui succède à son époux Clovis et règne jusqu'en 524, soit plus de vingt ans. Elle préside et c'est très important, au partage de 511, entre ses fils, d'où naîtront les quatre royaumes Aquitaine, Austrasie, Bourgogne et Neustrie.
Eliane Viennot :
Les traditions germaniques, qui étaient celles des nouveaux maîtres de l'Europe, aussi bien le royaume des Francs, des Bourguignons, des Visigoths, etc. étaient beaucoup plus égalitaires que les traditions gallo-romaines ou romaines. (...) Dans les traditions germaniques, les femmes avaient un accès à un certain pouvoir.
Sur l'invisibilité des femmes dans l'Histoire de France :
Dans la mémoire commune qui s'est construite avec nos leçons à l'école, nos manuels scolaires, toutes ces femmes ont pratiquement disparu. Ce sont des déserts de femmes. Parfois, il y a trois ou quatre femmes pour deux mille ans d'Histoire de France. Or, dans la réalité, elles ont toujours été beaucoup plus nombreuses. Il y a beaucoup de choses qu'on ne sait pas sur les femmes du peuple. Mais dans l'Histoire qui a été écrite au cours des siècles, il y a des milliers de femmes qui ont participé de manière visible à l'Histoire de la France.
Sur le traitement des femmes qui ont échappé à l'invisibilité :
A propos des femmes qui ont vraiment eu des positions importantes et une grande influence, on remarque que l'historiographie a eu tendance à leur donner deux traitements, (...) elles ont été transformées pour certaines en sainte, c'est le cas de Clotilde, on ne voit que Sainte-Clotilde et d'autres en monstre, c'est-à-dire Frédégonde, Brunehaut ou Catherine de Médicis, etc. Il y a les saintes, les monstres et les gourgandines, c'est le cas de la Reine Margot par exemple.
Par Jacques Munier
Réalisation : Doria Zénine
Les chemins de la connaissance - Les femmes et le pouvoir 1/5 : Les dames du temps jadis (1ère diffusion : 22/01/2007) 
Indexation web : Documentation Sonore de Radio France
Archive Ina-Radio France

Publicité

L'équipe

Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production
Antoine Dhulster
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Virginie Mourthé
Réalisation
Anne de Biran
Anne de Biran
Anne de Biran
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Mathias Le Gargasson
Production déléguée