Joseph Kessel dans les années 1950.
Joseph Kessel dans les années 1950. ©Getty - Photo by REPORTERS ASSOCIES/Gamma-Rapho via Getty Images
Joseph Kessel dans les années 1950. ©Getty - Photo by REPORTERS ASSOCIES/Gamma-Rapho via Getty Images
Joseph Kessel dans les années 1950. ©Getty - Photo by REPORTERS ASSOCIES/Gamma-Rapho via Getty Images
Publicité

Au micro du journaliste Paul Guimard, l'écrivain Joseph Kessel raconte sa vie d’aventures dans une série d’entretiens diffusés sur la Chaîne Nationale en 1956. Dans les trois premiers volets, il évoque ses débuts, son premier tour du monde, l'Irlande des années 1920 et l'aventure de l'aéropostale.

Avec

En 1956, dans une série de douze entretiens diffusés sur la chaîne nationale, Joseph Kessel racontait à Paul Guimard quelques-uns de ses grands souvenirs de reporter. Et pour commencer, dans les trois premiers volets, il évoquait ses premiers pas de journaliste, à dix-sept ans, son tour du monde en 1918, son voyage en 1920 dans une Irlande en lutte pour son indépendance, et, enfin, son enquête sur l'extraordinaire aventure de l'aéropostale.

C’est un homme mûr de cinquante-huit ans qui s’exprime avec une belle voix grave et élégante et qui précise d’emblée aux auditeurs de la RTF : 

Publicité

J’ai regardé les événements et les hommes, et je les ai racontés aussi bien que j’ai pu. Mon tempérament et ma nature me portent moins à juger qu’à essayer de comprendre.

L’écrivain et grand reporter Joseph Kessel parle ensuite de son adolescence, de sa passion pour le théâtre et du hasard qui l’a mené au journalisme. Il rend hommage à son admirable professeur de français, Hubert Morand, qui le fait entrer à dix-sept ans, en 1915, au "Journal des Débats", pour gagner quelques francs :

En 1915, le Journal des débats était un établissement d’un autre siècle, où les rédacteurs écrivaient encore à la plume d’oie.

Le jeune homme qui parle le russe est affecté, quelques mois plus tard, au service de politique étrangère du journal, épluchant et corrigeant des dépêches d’agence "en compagnie de vieux messieurs". C’était une époque, observe Joseph Kessel, "où l’on se souciait surtout du style et beaucoup moins des nouvelles".

A l’automne 1918, peu de temps avant la fin de la Première guerre mondiale, Joseph Kessel quitte les bureaux poussiéreux du journal_,_ et s’engage, avec le grade de sous-lieutenant, pour une mission de combat en Sibérie, au sein d’une escadrille française. 

Le 11 novembre 1918, il embarque à Brest à bord du paquebot President Grant et effectue son premier tour du monde : New-York, San Francisco, Honolulu, le Japon et enfin Vladivostok, "une ville plongée dans une pagaille invraisemblable".

Revenu au Journal des débats au printemps 1919, on lui propose son premier reportage, le défilé de la victoire du 14 juillet 1919 à Paris où il écrit : "L’ovation la plus formidable alla au maréchal Pétain, qui, monté sur un cheval blanc, était beau comme un triomphateur romain".

"Ce qui montre que l’histoire a des revirements terribles", conclut, songeur, Joseph Kessel, trente-sept ans après l’écriture de son premier grand reportage…

  • Par Paul Guimard 
  • Entretiens avec Joseph Kessel, témoin parmi les hommes 1/4 : Parties 1 à 3 (1ère diffusion : les 09, 16 et 23/03/1956 Chaîne Nationale)
  • Indexation web : Sylvain Alzial, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée