Adolf Hitler (fondateur du nazisme) donne un discours le 4 février 1933, quelques jours après avoir été nommé chancelier par le président Hindenburg, en Allemagne.
Adolf Hitler (fondateur du nazisme) donne un discours le 4 février 1933, quelques jours après avoir été nommé chancelier par le président Hindenburg, en Allemagne.
Adolf Hitler (fondateur du nazisme) donne un discours le 4 février 1933, quelques jours après avoir été nommé chancelier par le président Hindenburg, en Allemagne. ©AFP - SNEP/INTRAN / AFP
Adolf Hitler (fondateur du nazisme) donne un discours le 4 février 1933, quelques jours après avoir été nommé chancelier par le président Hindenburg, en Allemagne. ©AFP - SNEP/INTRAN / AFP
Adolf Hitler (fondateur du nazisme) donne un discours le 4 février 1933, quelques jours après avoir été nommé chancelier par le président Hindenburg, en Allemagne. ©AFP - SNEP/INTRAN / AFP
Publicité
Résumé

Au micro du journaliste Paul Guimard, Joseph Kessel raconte sa vie d’aventures dans une série d’entretiens diffusés sur la Chaîne Nationale en 1956. Dans les volets 7, 8 et 9 il raconte l'Ethiopie, le Yémen, au cœur d'un sinistre marché d'esclaves et l'Allemagne, dans le Berlin de 1932.

avec :

Joseph Kessel (romancier et grand reporter (1898-1979)).

En savoir plus

En 1956, l'écrivain Joseph Kessel, auteur de Belle de Jour, de L'Armée des ombres, et deux ans plus tard de l'un de ses romans les plus célèbres, Le Lion, faisait au micro de Paul Guimard le récit de quelques-uns de ses grands souvenirs de reporter, pour une série de douze émissions diffusées sur les ondes de la radiodiffusion nationale. 

Dans les septième, huitième et neuvième volets, il se remémorait quelques-uns des personnages croisés au cours de trois reportages effectués pour "Le Matin" : au cours d’un voyage, à la toute fin des années 1920, en Ethiopie et au Yémen, sur les traces d'un sinistre marché d'esclaves ; en Allemagne, dans le Berlin de 1932, où il fut envoyé pour "couvrir" l'élection qui opposait le président Hindenburg à Hitler.

Publicité

En 1932, j'ai vu comment se préparait ce climat d'insensibilité à la mort et à la guerre civile. C'était une question de haine. Quand la haine est arrivée à ce point, la vie humaine ne compte plus. Hitler avait bâti toute sa propagande sur l'excitation, la religion de la haine.

Il sillonne Berlin pour rendre compte du climat électoral, dans une ambiance de guerre civile : 

J'ai été dans un autre quartier ouvrier, très pauvre, la salle était très grande, enfumée, crasseuse, il y avait des petites gens, des fonctionnaires, ouvriers, commerçants. Ils écoutaient avec avidité un agitateur qui portait la chemise brune, dont je sus après qu'il avait été un leader syndicaliste – il était habitué à manier foules. Il ne donnait aucun programme. Tout n'était qu'appel aux instinct les plus primitifs. (...) Ces forgerons de la haine transformaient des gens paisibles en fanatiques.

  • Par Paul Guimard 
  • Entretiens avec Joseph Kessel, témoin parmi les hommes 3/4 : Parties 7 à 9 (1ère diffusion : 27/04/1956 ; 04 et 11/05/1956 Chaîne Nationale)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

À réécouter : Entretiens avec Joseph Kessel, témoin parmi les hommes, 1/4 : "J’ai regardé les événements et les hommes, et je les ai racontés aussi bien que j’ai pu"

À réécouter : Entretiens avec Joseph Kessel, témoin parmi les hommes, 2/4 : "Pendant cinq ou six ans, j’ai été complètement envoûté par les boites de nuit russes"

À réécouter : Entretiens avec Joseph Kessel, témoin parmi les hommes, 4/4 : "Mermoz a fait le premier vol de nuit, il a traversé les Andes, il a été le pionnier partout"

Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée