Affiche du film d'Eric Rohmer "Triple agent" (2004).
Affiche du film d'Eric Rohmer "Triple agent" (2004). - Rezo Films
Affiche du film d'Eric Rohmer "Triple agent" (2004). - Rezo Films
Affiche du film d'Eric Rohmer "Triple agent" (2004). - Rezo Films
Publicité

Eric Rohmer, dans les deux derniers volets d'une série "A Voix nue" en 2004, expliquait ses partis pris techniques et l'influence de la peinture et de la musique dans sa filmographie. Il évoquait également "L’intégrale Rohmer" que lui consacrait la Cinémathèque française.

En mars 2004, alors que sortait au cinéma Triple agent, Jean-Michel Frodon et Emmanuel Burdeau des Cahiers du cinéma, s’entretenaient avec Eric Rohmer dans une série de cinq entretiens pour "A Voix nue". 

S’inspirant de l’histoire réelle de Nicolas Skobline, un russe exilé à Paris dans les années trente, suspecté d’avoir orchestré pour le compte des bolchéviques l’enlèvement du général Levgueni Miller, en 1937, le cinéaste filmait dans Triple agent une étonnante histoire d’espionnage en forme de réflexion sur le secret, la vérité, le mensonge et l’Histoire. 

Publicité

Après avoir, dans les trois premiers volets de cette série d’entretiens, éclairé la genèse de Triple agent, Rohmer poursuivait, dans le quatrième épisode l’explication de ses choix de mise en scène. 

J’ai des habitudes et j’ai des partis-pris. Je n’aime pas la caméra portée, je n’aime pas beaucoup les travellings, sauf dans des cas exceptionnels (...). Je n’aime pas non plus, cela c’est beaucoup plus grave, les écrans larges, je n’arrive pas à mettre en place des gens dans un écran large. Non seulement cinémascope, mais aussi en vidéo avec le 16/9...

Il existe un texte d'Eisenstein qui s’intitule "Pour l’écran carré". Il faut avouer que la grande peinture, notamment à la Renaissance, se faisait sur un format assez carré.   

Enfin, dans le dernier temps de cette rencontre, il était question de l’intégrale que la Cinémathèque française lui consacrait alors - et en particulier des films qu’il avait réalisé pour la télévision scolaire. Il concluait : 

Je ne regrette rien, je n’ai rien dans mes tiroirs, j’ai eu des difficultés mais je suis très content de ce qu’a été ma carrière. (...) Dans la mesure ou j'ai été maître de la production à partir de la création des Films du Losange, tous mes films ont été réalisés.

L'intégrale Rohmer, aux éditions Potemkine. 

  • Par Jean-Michel Frodon et Emmanuel Burdeau 
  • Réalisation : Hélène Daude
  • A voix nue - Eric Rohmer 2/2 : -4 : Les partis pris techniques, la musique, la peinture, -5 : L’intégrale Rohmer à la Cinémathèque française (1ère diffusion : 11 et 12/03/2004)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée