La machine à écrire d'Ernest Hemingway, photo prise le 15 juillet 1997, à Key West, Floride.
La machine à écrire d'Ernest Hemingway, photo prise le 15 juillet 1997, à Key West, Floride. ©Getty - Photo by Santi Visalli/Getty images
La machine à écrire d'Ernest Hemingway, photo prise le 15 juillet 1997, à Key West, Floride. ©Getty - Photo by Santi Visalli/Getty images
La machine à écrire d'Ernest Hemingway, photo prise le 15 juillet 1997, à Key West, Floride. ©Getty - Photo by Santi Visalli/Getty images
Publicité

"Les chemins de la connaissance" proposaient en 1985 une série sur Hemingway. Le volet numéro 3 est consacré au roman "Au-delà du fleuve et sous les arbres", avec, comme invité, Philippe Sollers, grand admirateur d'Hemingway qu'il compare à Proust, Joyce et Shakespeare.

Avec

Publié en 1950, le roman d'Hemingway Au-delà du fleuve et sous les arbres valut à l'écrivain d'être assassiné par la critique américaine. Hemingway n'avait rien publié depuis dix ans, il avait cinquante et un ans, et il avait fallu sa rencontre avec Adriana Ivancich, une petite comtesse italienne de dix-neuf ans dont il tomba amoureux - "à en mourir" selon ses propres mots - pour que ce roman voit le jour. "Tu m’as rendu la possibilité d’écrire" , lui dit-il, "j'ai pu finir mon livre et j'ai donné ton visage à l'héroïne". Ce roman est bien l'écho de cette liaison que l'on a dit platonique. Renata y ressemble à Adriana et le colonel Richard Cantwell rappelle Hemingway. Une œuvre qui fut éreintée par la critique outre-Atlantique : "œuvre la plus pauvre jamais produite par l’auteur" , "autoparodie" , "livre stérile" … Quinze ans plus tard, lors de la parution de sa traduction française, Le Monde surenchérissait en évoquant un "marivaudage balourd".

Pourtant, parmi les admirateurs d'Hemingway, nombreux sont ceux qui considèrent Au-delà du fleuve et sous les arbres, comme l'un de ses plus grands livres. Philippe Sollers en fait partie. Il était invité à ce sujet dans une série des "Chemins de la connaissance" consacrée, en 1985, à Hemingway. Au micro de Jean Daive, il se livrait à une analyse du roman et donnait quelques pistes pour expliquer son rejet massif, il disait également pourquoi on devait ranger Hemingway parmi les plus grands écrivains du XXème siècle aux côtés de Proust et de Joyce.

Publicité

"Je pense que c'est le roman le plus important d'Hemingway. Lui-même le considérait comme son meilleur livre. (...) "Au-delà du fleuve et sous les arbres", paru en 1950, a été l'objet de très violentes critiques, sauf de la part de John O'Hara dans le New-York Times qui n'a pas craint de comparer cette œuvre à Shakespeare, tout simplement. Je crois que le rapport est extrêmement bien vu, parce que c'est, en somme, "La Tempête" d'Hemingway. C'est l'adieu aux armes de la magie romanesque dans un livre extrêmement déroutant pour l'époque et la mythologie qui s'était construite autour d'Hemingway. Mais c'est un livre qui est, d'un point de vue strictement technique, un des plus grands livres jamais écrit, par son économie, sa rapidité et surtout son sens des dialogues (...)C'est un livre qui ramasse son désir du Sud. (...) Hemingway est quelqu'un qui n'a pas cessé de plaider pour l'émerveillement du Sud, de l'Italie."

Retrouver l'ensemble de la  Nuit Hemingway 1/2

  • Par Jean Daive
  • Réalisation : Christiane Mallarmé
  • Les chemins de la connaissance - Ernest Hemingway 3/5 : "Au-delà du fleuve et sous les arbres", avec Philippe Sollers (1ère diffusion : 23/10/1985)
  • Indexation web : Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Antoine Dhulster
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation