Trilogie de la villégiature, Odéon, 1978, Gence, Sereys, Strehler
Trilogie de la villégiature, Odéon, 1978, Gence, Sereys, Strehler  - photo. Angelini
Trilogie de la villégiature, Odéon, 1978, Gence, Sereys, Strehler - photo. Angelini
Trilogie de la villégiature, Odéon, 1978, Gence, Sereys, Strehler - photo. Angelini
Publicité

Etranger mon ami - Giorgio Strehler (1ère diffusion : 04/03/1980)

Au lendemain de la mort de Giorgio Strehler, le 25 décembre 1997, Patrice Chéreau déclarait dans les colonnes du journal Le Monde : « Il était le théâtre tout entier, celui qui pensait que le théâtre avait une responsabilité dans le monde et dans la société, celui qui m'a tout appris : l'espace théâtral, le travail du sens, comment raconter une histoire à travers la poésie du théâtre, comment allier la légèreté et la gravité ». 

Né en 1921 en Italie près de Trieste, Strehler fonda le Piccolo Teatro de Milan au lendemain de la guerre, en 1947.  Parmi ses auteurs de prédilection : Carlo Goldoni en tout premier lieu, mais aussi Pirandello, Brecht, auprès de qui il étudia dans les années 50, ou encore Tchekhov. En 1980 paraissait en France chez Fayard un livre intitulé « Un théâtre pour la vie », compilation de réflexions, d’entretiens et de notes de travail de Strehler. Le 4 mars 1980, Dominique Arban recevait Bernard Dort, préfacier du livre, dans l’émission « Etranger mon ami », pour évoquer le travail et l’influence déterminante de celui qui prendrait, deux ans plus tard, la direction de l’Odéon – Théâtre de l’Europe. 

Publicité
  • Par Dominique Arban 
  • Avec Bernard Dort, préfacier du livre "Giorgio Strehler, un théâtre pour la vie" (Fayard, 1980)
  • Etranger   mon ami - Giorgio Strehler (1ère diffusion : 04/03/1980)
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe