Photo du film néoréaliste de Visconti : "Ossessione" ("Les Amants diaboliques") réalisé en 1942, avec Clara Calamai, Massinmo Girotti. ©Getty - FilmPublicityArchive/United Archives
Photo du film néoréaliste de Visconti : "Ossessione" ("Les Amants diaboliques") réalisé en 1942, avec Clara Calamai, Massinmo Girotti. ©Getty - FilmPublicityArchive/United Archives
Photo du film néoréaliste de Visconti : "Ossessione" ("Les Amants diaboliques") réalisé en 1942, avec Clara Calamai, Massinmo Girotti. ©Getty - FilmPublicityArchive/United Archives
Publicité
Résumé

En 1958 le cinéaste italien Luchino Visconti, créateur du néo-réalisme, revient sur ses premiers films influencés par sa rencontre avec Jean Renoir. Un entretien dans l'émission "Étranger mon ami - Luchino Visconti, créateur du néo-réalisme italien" diffusée pour la première fois le 22 avril 1958.

avec :

Luchino Visconti (Cinéaste italien).

En savoir plus

Tourné en 1942, Ossessione de Luchino Visconti est l'adaptation du roman de James Cain, Le Facteur sonne toujours deux fois, déjà adapté en 39 par Pierre Chenal et qui le sera à nouveau en 46 par Tay Garnett. Ossessione marque le grand tournant de l'histoire du cinéma italien et la naissance de ce qu'on appellera le néoréalisme. En 1958, au micro de Dominique Arban, Visconti revient sur la genèse de ce film et l'origine du mouvement qui révolutionnera la production cinématographique italienne. En 1958, en plus de ce film, exploité en France sous le titre Les Amants diaboliques Visconti a déjà réalisé La Terre tremble, Bellissima, Senso et Les Nuits Blanches.

"Ossessione" de Luchino Visconti est le premier film néoréaliste

Luchino Visconti"J'ai commencé à faire du cinéma au début de la guerre, en 1941. J'ai eu la très grande chance de venir à Paris et de travailler aux côtés de Jean Renoir. J'étais assez jeune et j'ai pu appendre de lui sa façon de voir et de décrire la vie, d'approcher les hommes et de comprendre les problèmes humains profonds et sociaux. Cela m'a ouvert les yeux. A l'époque nous vivions avec le fascisme en Italie, plus rien de vrai n'existait, tout était arrangé à la façon des désirs de la dictature qui nous écrasait. Après mon expérience parisienne, je voyais profondément l'âme des italiens suffoqués par la dictature.

Publicité

Le cinéaste explique comment est né le terme "néoréalisme" : son monteur Mario Serandrei lui dit un jour à propos de rushs d'Ossessione, tourné à  Ferrare en 1942 : "Ce que tu es en train de faire, je pourrais l'appeler un néoréalisme" et Visconti conclut "depuis ce moment on a utilisé ce terme".

Les films qu'il offrira encore par la suite - Rocco et ses frères, Le Guépard, Les Damnés, Mort à Venise, Ludwig, Violence et Passion – achèveront définitivement de faire de Luchino Visconti, comte de Lonate Pozzolo, artiste européen, aristocrate et communiste, l'un des très grands créateurs du cinéma.

  • Par Dominique Arban - Avec Luchino Visconti
  • Étranger mon ami - Luchino Visconti, créateur du néo-réalisme italien (1ère diffusion : 22/04/1958)
  • Edition web : Sandrine England, Documentation sonore de Radio France
  • Archives Ina Radio France

Retrouvez l'ensemble de la Nuit "Les âges d'or du cinéma italien des années 30 aux années 60"

Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Mathilde Wagman
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Hassane M'Béchour
Collaboration