Paysage agricole sur la commune d'Ambazac (Haute-Vienne)
Paysage agricole sur la commune d'Ambazac (Haute-Vienne)
Paysage agricole sur la commune d'Ambazac (Haute-Vienne) - Babsy
Paysage agricole sur la commune d'Ambazac (Haute-Vienne) - Babsy
Paysage agricole sur la commune d'Ambazac (Haute-Vienne) - Babsy
Publicité
Résumé

En 1969, Jimmy Jonquart et Anne Lemaître proposaient aux auditeurs de Limoges Centre Ouest un reportage sur des agriculteurs ensorcelés dans la région d’Ambazac, suivi d’un débat autour de la sorcellerie et du contexte social dans lequel elle évolue.

En savoir plus

Au sein d’une société qui se veut toujours plus orientée vers le culte de la rationalité, la sorcellerie est un phénomène ou une pratique qui appartient à des mondes fictifs ; d’innombrables fictions doivent leur succès au rêve de pouvoirs surnaturels, de guérisons instantanées, de résurrections et surtout de magie noire. Il y a une mythologie autour de la sorcellerie qui, dans les sociétés occidentales et urbaines en particulier, ne semble jamais déborder dans le réel.

Pourtant, la sorcellerie est bien réelle et pas seulement dans l’histoire : c’est une pratique concrète qui prend encore une place importante dans la France du XXe siècle. Si elle nous apparaît comme un fantasme, c’est qu’elle est invisibilisée volontairement par celles et ceux qui la pratiquent et qui consultent : de ces choses-là, des sorts, des envoûtements, on ne parle pas.  Cette émission, diffusée pour la première fois le 29 aout 1969 sur Limoges Centre Ouest, permet de voir s’agréger deux points de vue autour d’un sujet aux limites de l’indicible.

Publicité

Dans un premier temps, un reportage dans la région d’Ambazac, permet à des agriculteurs de raconter les mauvais sorts dont ont été victimes leurs bêtes, souvent de la part de voisins malveillants, et comment ils ont pu détruire ces sorts en faisant appel à des sorciers.

En deuxième partie d’émission, un débat réunit le professeur Pierre Braun, l’ethnologue Maurice Robert, le psychiatre Jean-Marie Léger, ainsi qu’un pasteur et un abbé, autour de la question de la sorcellerie en Haute-Vienne. On dressait le portrait du sorcier, qui semblait se diviser en deux catégories : d’une part des personnes d’apparence tout-à-fait normale mais assez fières d’elles s’agissant des guérisseurs, d’autre part des personnes beaucoup plus associables et antipathiques s’agissant des (prétendus) jeteurs de sorts.

Les invités évoquent également le milieu social dans lequel évolue cette question de la sorcellerie, souvent dans les classes défavorisées, délaissées par la société moderne et durant des périodes troublées. Ainsi, ils n’hésitent pas à afficher ouvertement leur scepticisme sur ces pratiques, comme le rappelle le sociologue Maurice Robert en introduction à ce débat : "Le sorcier n’existe pas rationnellement, il n’existe que par les autres, il n’existe que vu par l’ensorcelé. Au fond, c’est une création. Le sorcier, dans cette perspective, est un mythe, car il n’est que la transposition d’une insatisfaction, d’une angoisse, quelquefois d’une maladie."

Ce débat permettait de rappeler que, loin de se cantonner au monde rural, la sorcellerie était aussi présente, sinon plus, en ville qu’à la campagne, le sorcier urbain se manifestant souvent sous la forme d’une cartomancienne…

  • Par Jimmy Jonquart et Anne Lemaître
  • Avec Maurice Robert, Jean-Marie Léger et Pierre Braun
  • Extrait : Survivance ou mort de la sorcellerie dans le Limousin (1ère diffusion : 29/08/1969, Limoges Centre Ouest)
  • Indexation web : Etienne Rouch, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Références

L'équipe

Antoine Dhulster
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Virginie Mourthé
Réalisation
Anne de Biran
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Mathias Le Gargasson
Production déléguée