Sexisme dans la bande dessinée : un combat jamais fini

Le collectif des créatrices de BD dénonce les formes que prend le sexisme dans ce champ littéraire.
Le collectif des créatrices de BD dénonce les formes que prend le sexisme dans ce champ littéraire. - Jul Maroh via bdegalite.org
Le collectif des créatrices de BD dénonce les formes que prend le sexisme dans ce champ littéraire. - Jul Maroh via bdegalite.org
Le collectif des créatrices de BD dénonce les formes que prend le sexisme dans ce champ littéraire. - Jul Maroh via bdegalite.org
Publicité

En 2016, le scandale éclate : aucune femme ne figure sur la liste des 30 auteurs en lice pour le Grand Prix du Festival de la BD d'Angoulême. Deux autrices de bande dessinée, Florence Cestac et Lisa Mandel, sont invitées à donner leur avis dans l'émission "Un autre jour est possible".

Avec

Dans son émission "Un autre jour est possible", Tewfik Hakem recevait à la fin de janvier 2016, Florence Cestac et Lisa Mandel, deux autrices de bandes dessinées de générations différentes, en réaction à la polémique qui a marqué le Festival de la BD d'Angoulême cette année-là : aucun nom féminin parmi la trentaine d'auteurs pouvant prétendre au Grand Prix. Si le Festival fait machine arrière et intègre en catastrophe six autrices, l'épisode scandalise.

Un univers de la BD qui se féminise, et pourtant...

Le monde de la bande dessinée s’est largement féminisé depuis l’époque des pionnières des années 70. Dans des styles très différents, Claire Bretécher, Florence Cestac, Marjane Satrapi, Julie Doucet sont connues du grand public. L’argument maladroit du délégué général du Festival, qui explique que les femmes sont peu nombreuses dans l’univers de la BD en 2016, ne tient pas.

Publicité

Lisa Mandel rappelle d'ailleurs dans cette émission que les chiffres, "c'est une fausse polémique". "On ne veut pas la parité, on ne veut pas des quotas", défend-elle, mais une juste représentation des femmes dans les festivals par exemple. Alors qu'elles sont 12,5% d'autrices dans la bande dessinée, ne pas être représentées, "c'est nier notre existence".

Et de conclure que "la meilleure manière d'exister, c'est de produire quand on est une femme dans la BD". Pour les deux autrices, il est évident que les combats pour l'égalité hommes-femmes ne sont jamais finis.

Retrouvez l'ensemble du programme d'archives  B.D. : nom féminin, proposé par Antoine Dhulster

  • Par Tewfik Hakem
  • Extrait : Un autre jour est possible - Emission spéciale : Violence contre les femmes, sortir du silence (1ère diffusion : 20/01/2016)
  • Avec les autrices de bandes dessinées : Florence Cestac et Lisa Mandel
  • Réalisation Thomas Dutter
  • Indexation web : Documentation de Radio France

L'équipe