Photo non datée du réalisateur français François Truffaut.
Photo non datée du réalisateur français François Truffaut.  ©AFP - afp
Photo non datée du réalisateur français François Truffaut. ©AFP - afp
Photo non datée du réalisateur français François Truffaut. ©AFP - afp
Publicité

"Le cinéma des cinéastes - François Truffaut parle de ses premières années de cinéphile" : c'était en 1976, l'année de "L'Argent de poche", au micro de Claude-Jean Philippe, Truffaut racontait ses années d'après-guerre et notamment sa rencontre avec André Bazin.

En 1976, l'année de L'Argent de poche, François Truffaut racontait ses années d'après-guerre au micro de Claude-Jean Philippe dans Le cinéma des cinéastes.

Des années bénies pour les cinéphiles qui, de la Cinémathèque aux ciné-clubs, en passant par les cinémas de quartier, découvraient l'Amérique et l'Italie, renouaient aussi avec le meilleur du cinéma français. 

Publicité

À cette époque, le nom d'un nouveau venu dans la critique cinématographique s'imposait, celui d'André Bazin, qui allait par ses écrits influencer l'histoire du 7ème art. Bazin marquera profondément la vie d'homme et de cinéaste de François Truffaut : 

La première fois que j’entends parler de lui, je crois c’est quand j’achète la Revue du cinéma. Je me souviens d’un extraordinaire article sur Verdoux et puis je m’inscris dans un de ses ciné-clubs, le Ciné-Club de la chambre noire, où je vois tout Vigo. (…) Je rencontre Bazin on se parle plusieurs fois.

Dans cette même émission, Claude-Jean Philippe lit un extrait d’un texte de Truffaut consacré à Bazin :

Tous ceux qui ont eu la chance de connaître André Bazin s'accordent à le décrire comme un homme étonnant d'une très forte personnalité et, je ne crains pas d'employer cette expression au pied de la lettre, un être d'exception. André Bazin avait l'innocence d'un personnage de Giraudoux, sa bonté était quasiment légendaire, on s'en amusait avec tendresse parfois pour cacher l'émotion qu'elle suscitait. Sa maladie dura dix années, dont les cinq dernières ne laissaient aucun doute sur l'issue, mais son extraordinaire santé morale faisait le contrepoids. [...] Il n'aimait pas seulement le cinéma, le cinéma n'était pas pour lui un refuge, car il aimait également la vie, les gens, les animaux.

  • Production : Claude-Jean Philippe
  • Le cinéma des cinéastes - François Truffaut parle de ses premières années de cinéphile (1ère diffusion : 08/02/1976)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina Radio France
Les Nuits de France Culture
1h 00

L'équipe