Portrait de Georges Perec (1936-1982), à Paris, en novembre 1978. Il publiait cette année-là "La Vie, mode d'emploi".
Portrait de Georges Perec (1936-1982), à Paris, en novembre 1978. Il publiait cette année-là "La Vie, mode d'emploi". ©AFP - afp
Portrait de Georges Perec (1936-1982), à Paris, en novembre 1978. Il publiait cette année-là "La Vie, mode d'emploi". ©AFP - afp
Portrait de Georges Perec (1936-1982), à Paris, en novembre 1978. Il publiait cette année-là "La Vie, mode d'emploi". ©AFP - afp
Publicité

Au micro de Pierre Sipriot, en novembre 1978, Georges Perec analysait son roman paru la même année, "La Vie mode d'emploi", et son désir, dans ce livre, de raconter encore et encore pour retrouver le plaisir du "roman dans son plus grand développement" avec comme inspiration première, Jules Verne.

Avec
  • Georges Perec Ecrivain français (1936-1982), membre de l'Oulipo, et auteur notamment de "Je me souviens" ou de "Les choses" parmi la quarantaine d'ouvrages parus, dont la moitié à titre posthume.

Dans les Moments oulipiens, un livre paru au Castor Astral en 2004, Paul Fournel écrivait : "Je voudrais tellement (...) revivre cette séance où Perec nous a, pour la première fois, parlé de ce projet de livre à la façon du Diable Boiteux qui raconterait la vie d’un immeuble. Ce roman qu’il voulait placer au carrefour d’une multitude de contraintes et qui serait une sorte de chef d’œuvre oulipien". 

Georges Perec travailla neuf années à ce qui devint La Vie mode d’emploi__, paru en 1978. L’histoire d’un immeuble, situé au 11 de la rue Simon Crubellier, désormais l’une des rues les plus célèbres de la littérature contemporaine. Au micro de Pierre Sipriot, en novembre 1978, Georges Perec commentait les thématiques en miroir et les mises en abyme présentes dans La Vie mode d'emploi :

Publicité

La narration n'est pas fermée autour d'une histoire unique, il y a une histoire centrale, qui se détruit au fur et à mesure qu'elle s'accomplit, (...) A partir d'une histoire unique tout explose dans d'autres directions, on peut appeler cela de la boulimie verbale, de la boulimie romanesque, une sorte de désir de raconter encore et encore plus. J'avais l'ambition de retrouver ce que j'aimais dans le roman feuilleton, dans le roman d'aventures, le roman dans son plus grand développement. Comment on pourrait faire aujourd'hui quelque chose qui aurait la dimension de ce que Jules Verne a fait au XIXème siècle : rassembler dans une série romanesque tout un état du monde du savoir et des connaissances ? 

L'entretien était illustré par des lectures d'extraits de La Vie mode d'emploi par Philippe Moreau.

  • Par Pierre Sipriot 
  • Réalisation : Jeanne Rollin-Weiss
  • Un livre, des voix - La Vie mode d’emploi, de Georges Perec (1ère diffusion : 10/11/1978)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Les Nuits de France Culture
1h 35

L'équipe