Joseph Cotten et Teresa Wright sur le tournage du film "Shadow of a Doubt" ("L'Ombre d'un doute") d'Alfred Hitchcock (1943).
Joseph Cotten et Teresa Wright sur le tournage du film "Shadow of a Doubt" ("L'Ombre d'un doute") d'Alfred Hitchcock (1943).
Joseph Cotten et Teresa Wright sur le tournage du film "Shadow of a Doubt" ("L'Ombre d'un doute") d'Alfred Hitchcock (1943). ©Getty - Photo by Sunset Boulevard/Corbis via Getty Images
Joseph Cotten et Teresa Wright sur le tournage du film "Shadow of a Doubt" ("L'Ombre d'un doute") d'Alfred Hitchcock (1943). ©Getty - Photo by Sunset Boulevard/Corbis via Getty Images
Joseph Cotten et Teresa Wright sur le tournage du film "Shadow of a Doubt" ("L'Ombre d'un doute") d'Alfred Hitchcock (1943). ©Getty - Photo by Sunset Boulevard/Corbis via Getty Images
Publicité
Résumé

En 1962, Alfred Hitchcock accorde un long entretien à François Truffaut. En 1999, cette conversation est diffusée en 25 épisodes sur France Culture. Dans ce douzième échange, Hitchcock, après avoir réaffirmé son horreur de la vraisemblance confirme que seule l'invraisemblable l'intéresse.

avec :

François Truffaut, Alfred Hitchcock.

En savoir plus

Le film préféré d'Hitchcock "L'Ombre d'un doute" (1943)

Dans le douzième volet de cette série en 25 épisodes qui donne à entendre le dialogue entre les cinéastes Alfred Hitchcock et François Truffaut enregistré en 1962, Alfred Hitchcock évoque sa haine de la vraisemblance et donne des exemples dans La Cinquième colonne, North by Northwest et L'Ombre d'un doute.

Le film Saboteur en 1942, intitulé en Français La Cinquième colonne porte le sceau du réalisateur britannique. On y retrouve  sa patte : un MacGuffin, c'est-à-dire un mobile même futile après lequel courent les personnages, un innocent en fuite, des menottes, une actrice en danger. La difficulté pour Hitchcock est de trouver un acteur principal de bonne qualité, crédible, magnétique solide. Le cas échéant, le public n’adhère pas et ne peut lire une véritable détresse sur le visage d’un acteur "de fantaisie".

Publicité

Trouver des acteurs acceptant les rôles de méchants ou de gentils ambivalents, est difficile. Parfois c'est leur femme qui s'y oppose !

Le goût du paradoxe, être piégé dans un lieu public

Truffaut relève la façon qu’Hitchcock a de faire tenir une vie à un détail matériel. Les 39 Marches seraient l’essence de son œuvre britannique. La Mort aux trousses (North by Northwest) réalisé en 1959, l’essence de son œuvre américaine. Truffaut relève aussi les plans ou l'acteur principal est isolé dans la foule. Hitchcock cherche à rendre cette sensation improbable d’être piégé dans un lieu public.

  • Production : Serge Toubiana et Nicolas Saada
  • Entretiens avec Alfred Hitchcock par François Truffaut 12/25 - Traduction : Helen Scott
  • Enregistrement 13 au 20 1962 - 1ère diffusion 19/10/1999
  • Rédaction web : Anne de Biran et Sandrine England, Documentation sonore de Radio France
Références

L'équipe

Antoine Dhulster
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Virginie Mourthé
Réalisation
Anne de Biran
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Mathias Le Gargasson
Production déléguée